Le porno n'est pas le modèle de notre sexualité

La pornographie n’est pas un art nouveau, nos ancêtres avaient déjà leurs œuvres pornographiques : sculptures, dessins et autres représentations de l’acte sexuel. Néanmoins ces derniers temps, on constate une évolution de la violence, notamment vis-à-vis des femmes. Toujours plus hard, toujours plus incroyable. De moins en moins d’histoire, juste des sexes.

Crédit : Getty

La pornographie a perdu en quelque sorte ses lettres de noblesse en perdant toute dimension artistique. De support érotique, elle semble être devenue un support masturbatoire. On consomme de la pornographie, on ne fantasme plus. D’autant plus depuis qu’Internet est entré dans nos foyers.

Le discours sexuel ambiant de la fin des années 90 a eu tendance à vulgariser le sexe. Or, si l’on exclut le côté sacré de la sexualité, on obtient des organes sexuels qui se frottent et on oublie l’être humain dans sa globalité. La dimension amoureuse du rapport sexuel est exclue. Les adultes regardant des images pornographiques sont, la plupart du temps, aptes à comprendre qu’il s’agit de fiction et non de réalité. Malheureusement, de plus en plus d’enfants (moins de 12 ans) tombent sur ces images hard sans avoir été préparé et cette intrusion dans leur psychique ressemble fort à un abus sexuel qui peut nuire à leur développement futur.

Subir les diktats du porno actuel

Bien sûr, tous les jeunes ont déjà entendus des mots du sexe contrairement aux générations précédentes, mais la vision semble plus traumatique car elle empêche toute mentalisation. De nombreux adolescents subissent les diktats du porno actuel. Ainsi, les garçons qui ont déjà tendance à subir le complexe du vestiaire (l’impression que leur pénis n’est pas assez imposant) voient des acteurs tous bien membrés. Ils ont également l’impression qu’une femme est toujours prête pour avoir un rapport, même anal et qu’elle adore faire des fellations. Quant aux filles, elles croient qu’il est nécessaire d’accepter tout de la part d’un partenaire si elle ne veut pas être considérée comme ringarde.

Actuellement, je ne vois pas très bien comment on peut changer la pornographie. De la même manière, imaginer la contrôler est tout aussi stupide. La censure, tout particulièrement sur les choses du sexe, ne marche pas. Alors, pour  protéger les jeunes générations qui tomberont forcément sur des scènes pornographiques, il est indispensable de leur expliquer en amont ce qu’est la sexualité. OK, le porno, c’est fun, c’est plus extrême mais, c’est juste du sexe hard. Or, l’humain a besoin de mettre des sentiments dans sa sexualité. Parce que c’est à la fois plus épanouissant mais, la jouissance est plus intense quand l’amour est là…

Brigitte Lahaie

Du même auteur :