Publicité

Léa Salamé : pourquoi elle a choisi de mentir sur son congé maternité

French journalist and host Léa Salamé looks on as she takes part in political programme with French Prime Minister Edouard Philippe at France 2 television station in Paris on September 28, 2017.  / AFP PHOTO / Thomas SAMSON        (Photo credit should read THOMAS SAMSON/AFP/Getty Images)
French journalist and host Léa Salamé looks on as she takes part in political programme with French Prime Minister Edouard Philippe at France 2 television station in Paris on September 28, 2017. / AFP PHOTO / Thomas SAMSON (Photo credit should read THOMAS SAMSON/AFP/Getty Images)

Ce jeudi 24 mars 2022, Léa Salamé est de retour sur France 2, aux commandes de l’émission "Elysée 2022". Passionnée par son métier, la journaliste de 42 ans a rarement manqué des rendez-vous incontournables de l’actualité française et hexagonale. Et ce, même lorsqu’elle venait tout juste de devenir maman.

C’est sans aucun doute l’une des figures emblématiques de l’information tricolore. Voilà des années maintenant que Léa Salamé officie sur le service public, que ce soit sur France 2 dans "Elysée 2022", ou "On est en direct", ou sur les ondes de France Inter. Sa recette magique ? Une connaissance pointue de l’actualité nationale et internationale et un style tranchant qui vient à bout de ses invité.e.s politiques les plus récalcitrant.e.s. Côté vie privée, Léa Salamé a trouvé l’équilibre avec son compagnon, Raphaël Glucksmann, père de son fils. Mais il lui a fallu faire des choix…

Vidéo. La minute de Léa Salamé

Une grossesse à cent à l’heure

Léa Salamé a trouvé l'amour dans un contexte particulier. Le 14 novembre 2015, au lendemain des attentats parisiens du 13 novembre, elle officiait sur le plateau d’"On n’est pas couché". Mais cette émission, la journaliste et chroniqueuse ne voulait pas la faire. "J'avais dit à Laurent (Ruquier, ndlr) 'Il faut qu'on supprime, on ne peut pas faire un 'On n'est pas couché', il ne faut pas qu'on soit à l'antenne' et Laurent avait insisté, avait convaincu la chaîne (...) il y avait plein d'artistes, plein d'intellectuels, plein de politiques qui étaient venus ce soir-là juste 5 minutes dire rien au fond, juste leur tristesse. Je pense que c'est l'un de mes plus beaux souvenirs d''On n'est pas couché'" se souvenait-elle en 2020 dans "On est en direct". Un beau souvenir, puisque Léa Salamé y a finalement fait la rencontre de l’un des invités : Raphaël Glucksmann. Entre la journaliste et le député européen, ce fut le coup de foudre.

Le 12 mars 2017, leur fils Gabriel est né. Un prénom choisi en hommage au Studio Gabriel où ses parents se sont rencontrés pour la première fois. Avant sa naissance, Léa Salamé avait préféré rester très discrète sur sa grossesse… avant d’accepter d’en parler furtivement sur le plateau de "Vivement la télé" sur France 2 : "Cette grossesse n’était pas prévue, parce que c’était une année professionnelle extrêmement chargée pour moi. Je mène cela tambour battant en essayant d’arriver à continuer à mener ma carrière, tout en ayant mille choses en tête sur l’arrivée de ce premier enfant… avec toutes les angoisses forcément que cela suscite." En effet, si l’arrivée de Gabriel a évidemment été une très heureuse nouvelle pour ses parents, elle est survenue dans un contexte particulier.

Vidéo. Léa Salamé et Raphaël Glucksmann : la belle histoire

Léa Salamé, maman engagée

C’est donc le 12 mars 2017 que le petit Gabriel a pointé le bout de son nez, en pleine campagne présidentielle ! À cette époque, François Hollande avait déjà fait part de sa décision : il ne se lancera pas dans la course à un second mandat de Président. Pendant ce temps, le jeune Emmanuel Macron faisait déjà son petit effet. Hors de question pour Léa Salamé de rater le dénouement de cette élection présidentielle. Ainsi, dès le 6 avril 2017, la journaliste a repris le travail, seulement quelques temps après la naissance de son fils. "J’ai accouché en pleine campagne présidentielle et je suis revenue à l’antenne trois semaines et demie après" a-t-elle confié en 2021 dans le podcast InPower. Bémol : son congé maternité ne rentrait pas dans les temps. Qu’à cela ne tienne, Léa Salamé n’a pas hésité à braver les règles : "J’ai même menti parce que je voulais absolument faire la campagne présidentielle. On était à un mois du vote et je voulais le faire. Théoriquement, je n’aurais pas pu revenir."

Pour autant, la journaliste précise que cette décision n’a pas été prise à la légère : "Je me sentais physiquement prête, aidée par mon compagnon, par une nounou, par ma mère." Léa Salamé le sait, si elle n’en fait pas partie, beaucoup de femmes chérissent ce congé maternité qui leur permet d’aborder sereinement les premiers pas avec bébé. "Je voulais revenir. Ce n’est pas le cas de la majorité des femmes, admet-elle. En général, elles n’ont pas envie de revenir avant 6 ou 8 semaines après avoir accouché. Il faut laisser cette liberté aux femmes." Oui, Léa Salamé a très vite voulu reprendre ses fonctions de journaliste après son accouchement. Mais elle n’a pas hésité à se mettre en retrait de l’antenne lorsque Raphaël Glucksmann a présenté sa candidature aux élections européennes en 2019. Pour elle, il était primordial de conserver une neutralité qu'elle s'emploie à respecter de façon quasi religieuse. "Je le soutiens, je l’accompagne dans ses réflexions, mais ce qui compte le plus à mes yeux depuis quinze ans, c’est ma neutralité politique : personne ne sait pour qui je vote", avait-elle déclaré en 2020 dans les colonnes de Gala. Et de persister en 2022 dans le magazine Stratégies : "Je prendrais la même décision si cela se représentait, sans ciller." Cette décision de se retirer de l'antenne, Léa Salamé y songe à nouveau.

Un "pacte" avec son fils et beau-fils

Il y a quelques jours, alors qu'elle accordait un entretien à TV Mag au sujet de la campagne présidentielle, qu'elle juge d'ailleurs "décevante", Léa Salamé s'est ouverte sur sa vie de famille. Maman de Gabriel, elle partage aussi des liens forts avec le premier fils de Raphaël Glucksmann, né d'une histoire d'amour passée. "Cela fait sept ans que je ne suis pas présente avec mon fils et mon beau-fils pour le petit-déjeuner… Ça me fait mal au coeur et c’est très dur" a confié la journaliste. Une situation si difficile à gérer pour la journaliste qu'elle songe désormais à quitter la matinale de France Inter, qu'elle anime aux côtés de Nicolas Demorand : "Je ne sais pas si je vais rempiler la saison prochaine. Je suis dans une fin de cycle et je me laisse la possibilité de changer les choses".

"Cette année, je n’ai aucun repos, même le week-end. Néanmoins, je consacre chaque minute de mon temps libre à ma famille" a-t-elle expliqué. Léa Salamé a tout de même tenu à échanger avec ses enfants autour de son absence à cause de l'élection présidentielle, et a même fait un "pacte" avec eux. "Je leur ai promis que je serai plus disponible une fois que ce scrutin sera terminé. C’est mon choix, je ne peux pas me plaindre et je ne vais pas pleurnicher, car il existe des métiers beaucoup plus difficiles que le mien. Mais, l’année prochaine, il est certain que je vais lâcher des choses."

Vidéo. Aude Pépin lève le voile sur les tabous de la maternité

À lire aussi :

>> Léa Salamé : Son compagnon Raphaël Glucksmann attaqué, il tape du poing sur la table

>> Léa Salamé : Qui est l'ex-épouse de son compagnon Raphaël Glucksmann, une femme politique ukrainienne ?

>> Léa Salamé revient sur sa rencontre "par hasard" avec son compagnon Raphaël Glucksmann