Le leader d'Arcade Fire, Win Butler, accusé d'agression sexuelle

Sara De Boer/startraksphoto.com

Le leader d'Arcade Fire, Win Butler, a été accusé d'inconduite sexuelle.

Samedi (27 août 22), Pitchfork a publié un article détaillant les allégations contre le musicien, trois femmes affirmant que les « interactions sexuelles » qu'elles ont eues avec lui entre 2016 et 2020 étaient inappropriées en raison des écarts d'âge et de la dynamique de pouvoir entre eux. Une quatrième personne, qui est de genre fluide et a utilisé le pseudonyme de Lily dans l'article, a allégué qu'il l'avait agressée sexuellement à deux reprises en 2015.

Lily a affirmé qu'il « avait collé ses mains dans son pantalon sans son consentement » sur le chemin du retour, après un repas au restaurant « embarrassant ». Iel a allégué que deux jours plus tard, le musicien s'était présenté à son appartement, et quelques instants après avoir ouvert la porte, il l'avait « plaqué contre le mur » et avait « agressivement attrapé (son) corps ». « Finalement, il m'a tiré sur ses genoux sur mon canapé. Je ne sais pas s'il me tenait par la taille ou quoi, mais j'étais physiquement contrainte par lui alors qu'il posait sa main dans mon pantalon », a poursuivi Lily.

En réponse, Win Butler a publié une déclaration dans laquelle il a démenti ces allégations. « Je n'ai jamais touché une femme contre son gré, et toute implication que je l'ai fait est tout simplement fausse. Je nie fermement toute suggestion que je me suis imposé à une femme ou que j'ai exigé des faveurs sexuelles. Cela n'est simplement, et sans équivoque, jamais arrivé, a-t-il commenté. Bien que ces relations aient toutes été consensuelles, je suis vraiment désolé pour tous les personnes que j'ai blessées par mon comportement. La vie est remplie de douleur et d'erreurs énormes, et je ne veux jamais contribuer à causer la douleur de quelqu'un d'autre. »

Win Butler a ensuite indiqué avoir eu des problèmes de santé mentale et de consommation d'alcool dans la trentaine, mais il a depuis suivi une thérapie et va mieux, assistant notamment aux réunions des Alcooliques anonymes. « Je suis désolé pour la douleur que j'ai causée, je suis désolé de ne pas être plus conscient et à l'écoute de l'effet que j'ai sur les gens, j'ai merdé, et même si ce n'est pas une excuse, je continuerai à chercher à avancer et guérir ce qui peut être guéri, et apprendre des expériences passées. Je peux faire mieux et je ferai mieux », a déclaré la star de 42 ans.

Son épouse, également membre d'Arcade Fire, Régine Chassagne, a affirmé qu'elle continuerait à le soutenir. « Je sais ce qu'il a dans le cœur, et je sais qu'il n'a jamais touché et ne toucherait jamais une femme sans son consentement et je suis certaine qu'il ne l'a jamais fait. Il s'est égaré et il a trouvé le chemin du retour », a-t-elle ajouté.