Les « poignées d’amour » pourraient avoir un impact sur notre santé mentale

La graisse abdominale pourrait « dérégler » le système immunitaire. [Photo: Getty]

On sait depuis longtemps qu’avoir des « poignées d’amour » augmente le risque de maladie cardiaque et de diabète de type 2.

De nouvelles recherches suggèrent maintenant qu’accumuler trop de graisse autour de la taille pourrait également avoir un impact sur notre santé mentale.

Des scientifiques de l'université d'État d'Iowa à Ames se sont penchés sur plus de 4 000 adultes en bonne santé.

Ils ont constaté que ceux qui avaient plus de graisse abdominale et moins de muscle maigre présentaient une « intelligence fluide » moindre (ce qui comprend le raisonnement, la pensée et la capacité de résolution de problèmes) six ans plus tard.

« L'âge chronologique ne semble pas être un facteur de diminution de l'intelligence fluide au fil du temps », a déclaré l'auteur de l'étude, le Dr Auriel Willette.

« Il s’agit de l'âge biologique, qui, ici, correspond à la quantité de graisse et de muscle ».

Pour atteindre ces résultats, les scientifiques ont analysé des milliers d'adultes « aux fonctions cognitives intactes » âgés de 64 ans en moyenne.

L’intelligence fluide des participants sélectionnés à l’aide de l'étude UK Biobank a été évaluée tous les deux ans pendant six ans.

Les résultats, publiés dans la revue Brain, Behavior and Immunity, suggèrent que la graisse abdominale est liée au déclin cognitif, alors que la masse musculaire maigre protège de ce déclin, et ce chez les deux sexes.

Les résultats étaient similaires après ajustement en fonction de l'âge, de l'éducation et des facteurs socioéconomiques.

Les scientifiques pensent que le système immunitaire pourrait être en cause.

Un IMC élevé a déjà été lié à une activité immunitaire réduite dans le sang, et pourrait également déclencher des réactions immunitaires dans le cerveau qui ont un impact sur la mémoire et la pensée.

L'IMC, en tant que mesure, ne fait toutefois pas la distinction entre les différents types de graisse et la masse musculaire.

Au cours de l'étude de 6 ans, les participants ont également fourni des échantillons sanguins qui ont été analysés afin d’étudier les cellules immunitaires.

Les scientifiques ont conclu qu’une réduction des lymphocytes et une augmentation des éosinophiles étaient à l’origine du lien graisse-cerveau chez la femme.

Chez l’homme, les fluctuations des basophiles immunitaires jouaient un rôle.

Les scientifiques ont donc souligné l'importance de rester en forme avec l’âge.

« Si vous mangez bien et que vous marchez au moins à un bon rythme de temps en temps, vous pourriez rester mentalement plus vif », a confié le Dr Willette.

Selon le NHS, de nombreux adultes âgés de 65 ans ou plus passent en moyenne 10 heures par jour assis ou allongés.

Ils recommandent d’effectuer au moins 2,5 heures d'exercice modéré par semaine. Il peut s’agir de faire de la marche rapide et de l’aquagym ou même de passer la tondeuse.

L'équipe de l'Iowa espère contribuer à la création de nouveaux traitements grâce à cette étude et ainsi aider les adultes qui prennent de l’âge à rester vifs, en particulier s'ils sont obèses, inactifs ou perdent de la masse musculaire.

Alexandra Thompson