Publicité

L'homéopathie pour traiter la crise d'angoisse

Une crise d'angoisse est un épisode de stress et de peur intenses. Elle se caractérise par des effets violents : tremblements, sensation d'étouffement, palpitations, nausées, etc. Il existe des traitements pour lutter contre la crise d'angoisse. Certains sont des traitements de fond pour réduire l'anxiété et limiter le risque de rechute. D'autres sont des remèdes d'urgence face à un stress intense. Parmi les traitements possibles, il existe des remèdes homéopathiques. Comment utiliser l'homéopathie pour traiter la crise d'angoisse ? Découvrez-le dans notre article.

Comment utiliser l'homéopathie pour résoudre une crise d'angoisse ?

L'homéopathie est une pratique thérapeutique consistant à administrer des doses infinitésimales de remèdes. Ces produits génèrent des symptômes semblables à ceux de la maladie, mais moins forts. Un médicament homéopathique est obtenu à partir de souches homéopathiques selon plusieurs procédés de fabrication.

En homéopathie, les souches proviennent du règne animal, végétal ou minéral. Elles sont diluées selon une méthode précise, afin de prévenir le risque de toxicité. Généralement, ce traitement se présente sous forme de granules ou de comprimés. Il existe aussi des solutions à prendre sous forme de gouttes, dans des tubes.

Les souches utiles pour lutter contre le stress, l'angoisse et la panique

Il existe des souches homéopathiques permettant de s'attaquer au stress, aux troubles du sommeil et à l'anxiété. Dans le cas d'un épisode de stress intense, certaines souches agissent comme traitement complémentaire, afin de réduire les causes de la panique. D'autres servent de remède d'urgence à prendre pendant l'événement.

Avant de recourir à l'homéopathie, pensez à consulter votre médecin traitant. Les solutions décrites ci-dessous peuvent présenter des contre-indications et ne doivent pas faire l'objet d'automédication. Les médicaments homéopathiques à nom commun ne sont plus remboursés par l'assurance maladie obligatoire depuis le 1er...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi