Linda Evangelista "défigurée" à vie après une chirurgie ratée, elle se montre enfin : "Je ne peux plus vivre comme ça"

·6 min de lecture
NEW YORK, NY - JUNE 17: Model Linda Evangelista attends 2015 Fragrance Foundation Awards at Alice Tully Hall at Lincoln Center on June 17, 2015 in New York City. (Photo by Gilbert Carrasquillo/FilmMagic) (Gilbert Carrasquillo via Getty Images)

Plusieurs mois après avoir levé le voile sur le drame intime qu’elle vit en coulisses depuis plusieurs années, Linda Evangelista ne veut plus se taire. Cette fois, l’ancien mannequin star a décidé de poser en Une du magazine People, dans lequel elle revient sans filtre sur le cauchemar qu’elle traverse après une chirurgie ratée.

"À mes abonnés qui se demandaient pourquoi je ne travaillais pas alors que les carrières de mes pairs prospéraient, la raison de cette absence est que j’ai été brutalement défigurée par la procédure CoolSculpting de Zeltiq qui a produit l’effet inverse de ce que j’attendais." C’est avec ces mots forts que Linda Evangelista brisait le silence de plomb qui l’entourait jusqu’alors en septembre 2021. Dans un post Instagram, l’ex-star des podiums expliquait avoir été victime d’une procédure esthétique. La procédure en question ? CoolSculpting, une méthode d’amincissement par le froid. "Méconnaissable" selon ses propres mots, Linda Evangelista a décidé de faire sauter les tabous autour de ce mal qui la ronge, espérant provoquer au passage une prise de conscience générale. C’est aussi pourquoi, ce mercredi 16 février 2022, elle a accepté de poser dans les pages du magazine People.

Vidéo. Linda Evangelista - Défigurée à vie par une opération de chirurgie esthétique

Le début d’un interminable cauchemar

Pendant des années, voir Linda Evangelista en une des magazines de mode était chose commune. Mais depuis près de cinq ans, l’ex-mannequin de 56 ans a disparu de la scène publique. Une absence expliquée par les conséquences désastreuses de sa "congélation des graisses". "Déformée en permanence" et "brutalement défigurée", Linda Evangelista a intenté une action en justice en septembre 2021 contre la société mère de CoolSculpting, Zeltiq Aesthetics Inc., réclamant 50 millions de dollars de dommages et intérêts. Elle dit être incapable de travailler depuis qu'elle a subi sept séances de CoolSculpting dans un cabinet de dermatologie, d'août 2015 à février 2016. "J'adorais être sur le podium. Maintenant, j'ai peur de croiser quelqu'un que je connais", a-t-elle confié au magazine People, écrasée par le chagrin. "Je ne peux plus vivre comme ça, dans la clandestinité et la honte. Je ne peux plus vivre dans cette douleur. Je veux enfin parler."

Linda Evangelista a ainsi livré le détail glaçant de ces dernières années. Trois mois seulement après les traitements de CoolSculpting, son corps s’est brutalement transformé. Cela a commencé par des renflements au niveau du menton, des cuisses et de la poitrine, les trois zones qu’elle avait justement souhaité faire rétrécir en se soumettant à cette méthode. Selon son récit, ces zones ont soudainement commencé à grossir, et pire encore : à durcir avant de s’engourdir. Sous le choc, Linda Evangelista a d’abord pensé que le problème venait d’autre chose : "J'ai essayé de régler ça moi-même, pensant que je faisais quelque chose de mal" se souvient-elle. C’est ainsi qu’elle a entamé un régime draconien combiné à une pratique sportive intense : "Je suis arrivée à un point où je ne mangeais pas du tout. Je pensais que je perdais la tête." Fatiguée de voir son corps ainsi changer sans comprendre, Linda Evangelista a fini par se rendre chez un médecin en juin 2016. C’est là que le diagnostic tombe : elle souffre d’une hyperplasie adipeuse paradoxale (HTAP). "Je me disais : 'Qu'est-ce que c'est que ça ?', se souvient-elle dans People. Et il m'a dit qu'aucun régime ni aucune activité physique n'allaient jamais régler le problème."

Une méthode remise en cause

L’hyperplasie adipeuse paradoxale est un effet secondaire rare "qui affecte moins de 1% des patients CoolSculpting" nous apprend le magazine People. Le processus de congélation des graisses provoque alors l'épaississement et l'expansion du tissu adipeux affecté. Problème : il est très difficile de revenir en arrière et de soigner correctement ce mal. Le médecin de Linda Evangelista est tout de suite entré en contact avec la société Zeltiq qui commercialise le dispositif CoolSculpting. Une liposuccion a été proposée à l’ex-mannequin en guise de "réparation". Malheureusement, à la veille de cette liposuccion, Linda Evangelista a été informée que Zeltiq ne couvrirait la procédure que si elle signait un accord de confidentialité. Après avoir refusé, elle a subi la première des deux chirurgies de liposuccion du corps entier en juin 2016. Une opération qu’elle a préféré payer elle-même.

Vidéo. Linda Evangelista défigurée par la chirurgie esthétique : son émouvante confession

En juillet 2017, Linda Evangelista est repassée sur le billard, cette fois pour une seconde liposuccion. Mais à la suite de ces deux interventions chirurgicales, il lui a fallu porter des vêtements de compression, des gaines et une mentonnière pendant huit semaines pour éviter que l’infection ne revienne. Malheureusement, c’est ce qu’il s’est passé. "Ce n'était même pas un peu mieux. Les renflements sont des saillies. Et ils sont durs. Si je marche sans ceinture dans une robe, j'aurai des frottements au point de presque saigner. Parce que ce n'est pas comme un frottement de graisse molle, c'est comme un frottement de graisse dure" confie Linda Evangelista, qui souffre même de problèmes de posture parce qu'elle ne peut plus "mettre (ses) bras à plat sur le côté."

Linda Evangelista ne veut plus se cacher

En plus des conséquences physiques, il y a les ravages psychologiques. Après avoir été l’un des mannequins les plus célèbres des années 90, devenant une figure culte du monde de la mode, Linda Evangelista doit composer avec une image qu’elle ne supporte plus : "Je ne me regarde pas dans le miroir. Ça ne me ressemble pas. Je ne me reconnais pas physiquement, mais je ne me reconnais plus non plus en tant que personne. Elle (Linda Evangelista en tant que mannequin, ndlr) est en quelque sorte partie." Alors que les actes de chirurgie ou de médecine esthétique sont autant banalisés que décriés, Linda Evangelista porte une analyse forte sur le sujet, et se montre plutôt lucide sur sa propre situation : "Pourquoi ressentons-nous le besoin de faire ces choses à notre corps ? J'ai toujours su que je vieillirais. Et je sais qu'il y a des choses qu'un corps traverse. Mais je ne pensais pas que je ressemblerais à ça" a-t-elle déclaré dans les colonnes de People.

Si elle a aujourd’hui décidé de poser en couverture de magazine, c’est aussi pour que celles et ceux qui traversent le même cauchemar ne se sentent plus seuls : "J'espère que je pourrai me débarrasser d'une partie de la honte et aider d'autres personnes qui sont dans la même situation que moi. C'est mon but. Je ne vais plus me cacher." Un message fort qui trouve un écho particulier en ces temps où de plus en plus de personnes montent aussi au front. En France, c’est la candidate de téléréalité, Luna Skye, qui a récemment frôlé la mort après des injections dans les fesses. La jeune femme, qui se bat encore contre une infection, a tenu à interpeller les consciences sur ces méthodes, dénoncées par certains professionnels de santé eux-mêmes…

À lire aussi :

>> Linda Evangelista: défigurée par la chirurgie esthétique, elle sort du silence

>> EN IMAGES – Les hommes de la vie de Linda Evangelista, qui fête ses 56 ans

>> Qu’est-ce que la cryolipolyse ?