Publicité

Littérature : les 7 livres coup de cœur de la semaine de la journaliste et écrivaine Cécile Pivot

L’exil elbois de Napoléon dura dix mois durant lesquels, fidèle à sa légende, il continua de tout organiser, régenter planifier. "Un si grand homme dans une si petite île" ne pouvait rester inactif et quelques jours suffisent pour que les lieux n’aient plus de secrets pour lui. Rien n’est laissé au hasard, ni la petite armée qu’il a à sa disposition, ni les finances, ni l’édification de ses résidences, ni la construction de nouvelles routes, ni la plantation de 3.000 arbres… Il entretient une importante correspondance diplomatique, reçoit des visiteurs qui lui donnent des nouvelles de la France, de ses ennemis et de ses amis – ces derniers moins nombreux qu’autrefois ; beaucoup l’ayant trahi et abandonné. Sur l’île aussi, "l’homme considéré comme le plus puissant de la terre" est entouré d’espions et d’agents au service de Louis XVIII et de ses sbires. Fuir Elbe, alors qu’il est question de l’exiler plus loin à Sainte-Hélène, devient urgent, mais comment faire ? Sur qui peut-il réellement compter, si ce n’est ses amis corses ? Comment déjouer la surveillance dont il fait, malgré les apparences, l’objet ? Le colonel Campbell a la charge du grand proscrit, ce qu’il considère comme un honneur tant il l’admire. Mais depuis qu’il est tombé sous les charmes de la jeune comtesse Miniaci, la coqueluche de Florence, il est moins prompt au devoir. Cette passion, qui ne fut pas réciproque, loin s’en faut, a bien arrangé les affaires de Napoléon au moment de sa fuite. Outre les deux amants, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite