La Louisiane prépare une loi pour qualifier l’avortement d’homicide

Alors que la Cour suprême planche sur un projet de loi permettant aux états d’interdire l’avortement, la Louisiane prépare son arsenal juridique pour qualifier l’avortement d’homicide.

Un nouveau coup de massue pour les Américaines vivant en Louisiane. Le « Washington Post » a révélé, le 5 mai dernier, que la Louisiane préparait un projet de loi classant l’avortement d’homicide. Si cette loi est adoptée, les procureurs pourraient inculper les patientes et les médecins pratiquant les avortements.

À lire également >> États-Unis : 6 questions sur le droit à l’avortement et sa remise en cause par la Cour suprême

À 7 voix contre 2, les Républicains du parlement de Louisiane ont adopté en commission un projet de loi pour déclarer l'interruption volontaire de grossesse comme homicide. Quelques jours plus tôt, « Politico » a révélé que la Cour suprême américaine prépare un projet de loi visant à remettre en cause l’arrêt « Roe vs Wade », qui interdit aux États d’interdire l’avortement.

Une « loi de déclenchement »

Le « Washington Post » explique que cette nouvelle loi ne restreindrait pas uniquement l’avortement, mais aussi la fécondation in vitro et la contraception d’urgence : les droits accordés au foetus le seraient « dès le moment de la fécondation », et donc, du rapport sexuel. Les patientes ayant recours à ces méthodes pourraient, comme celles avortant, être poursuivies devant un tribunal pénal. Ce projet de loi est une « loi de déclenchement » : comme 12 autres états, la Louisiane se prépare à interdire rapidement l’avortement en cas de décision finale de la Cour suprême, qui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : "C’est un danger pour les femmes les plus pauvres et les jeunes"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles