Publicité

"Lycée Toulouse-Lautrec" : enfin une série pertinente et drôle sur le handicap ?

"Lycée Toulouse-Lautrec" : enfin une série pertinente et drôle sur le handicap ? - TF1
"Lycée Toulouse-Lautrec" : enfin une série pertinente et drôle sur le handicap ? - TF1

"Lycée Toulouse-Lautrec", c'est le nom d'une série qui débarque ce lundi 9 janvier sur TF1. Un programme réussi qui délivre une vision juste du handicap. Enfin.

Proposer une vision juste et non-validiste du handicap, c'est là l'une des intentions de la série très prometteuse qui débarque ce lundi 9 janvier sur TF1 à 21h10 : Lycée Toulouse-Lautrec. Une plongée drôle et touchante dans l'établissement francilien en question, qui réunit élèves en situation de handicap et élèves valides. Au fil de six épisodes, on suivra le quotidien de Victoire, jeune fille se retrouvant là-bas aux côtés de son frère. Une expérience qui sera pour notre protagoniste source de prises de conscience, mais aussi d'instants de complicité chaleureux entre camarades.

Si le côté "apprentissage" et "bande de jeunes" de cette création de Fanny Riedberger (à qui l'on doit la série En famille) nous est familier, ce vers quoi s'aventure le programme l'est moins : prendre le contrepied du validisme, et plus encore du validisme bienveillant, autrement dit, cette vision misérabiliste des handicapés, plus pris en pitié qu'en considération par les valides. Ce que refuserait tout à fait Lycée Toulouse-Lautrec.

Drôle et authentique

La journaliste Costance Jamet, elle-même en situation de handicap, recommande chaudement la série : "Après avoir pénétré dans cette enceinte exemplaire d'école inclusive, j'espère que vous vous demanderez pourquoi ce type de lycée accessible est resté un prototype. Méditez cette phrase : "Mettre ne serait-ce qu'une seule marche c'est exclure'".

La série, qui prône la visibilité et...

Lire la suite


À lire aussi

"Le retour d'Adrien Quatennens porte un message : les féministes doivent se taire"
Lucas, 13 ans, s'est suicidé : il était victime de harcèlement et d'homophobie
Vivre séparément pour mieux s'aimer, c'est la tendance couple 2023