Publicité

« Je mets les pieds dans le plat et je fais tout déborder », Judith Godrèche sur son discours aux César

Interrogée par « Le Parisien » puis invitée du plateau de « Quotidien », Judith Godrèche raconte avoir eu l’impression « d’arriver à un dîner de famille [où elle n’a] pas été invitée » aux César. Après son discours, la réalisatrice et actrice attend désormais des actes.

Mise à jour le 27 février à 11h35 – Un face à face « nécessaire ». Vendredi 23 février, Judith Godrèche prenait la parole, émue, à la 49e cérémonie des César. La réalisatrice est revenue sur son discours sur le plateau de « Quotidien » sur TMC lundi 26 février. « C’est une question de courage […]. Je voulais aller au bout de cette démarche, parler à mon milieu, à ma famille – à celle qui, en tous cas, m’a vue grandir –, de la manière la plus sincère », explique-t-elle.

Mais face à son discours sur les violences sexuelles dans le cinéma, Judith Godrèche s’est sentie peu écoutée. « Est-ce que je sens que la salle adhère à mon propos ? Non, la réponse courte est non. Maintenant, c’est vrai que c’est compliqué de sentir cette salle, c’est un lieu immense », souligne-t-elle à Yann Barthès.

L’actrice a l’impression vendredi soir « d’arriver à un dîner de famille où [elle n’a] pas été invitée ». « Je suis un peu l’empêcheuse de tourner en rond », considère-t-elle. Avant de nuancer : « Je pense qu’il faut laisser aussi le temps au cinéma de se déconstruire, à chaque individu de se poser les questions qu’il ne s’est pas encore posé ». Pour Judith Godrèche, son milieu est encore « au Moyen-Âge ».

« Depuis tellement d’années la parole des femmes est mise sous silence […] ce que j’ai fait est complètement hors cadre », appuie-t-elle. Et d’ajouter : « Je sens bien que je mets les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi