Publicité

Maladies cardiovasculaires : comment le racisme peut contribuer au risque chez les femmes noires, selon une étude

Nous ne sommes pas tous égaux face aux maladies cardiovasculaires. Première cause de mortalité dans le monde, les maladie cardiovasculaires déciment des millions de femmes et d'hommes chaque année. Antécédents familiaux, hypertension artérielle, diabète, cholestérol mais aussi sédentarité et stress pour n'en citer que quelques-uns, les facteurs de risque sont nombreux. Passé un certain âge, ce sont les femmes qui sont les plus exposées. Et pour cause, jusqu'à la ménopause, elles sont comme "protégées" des maladies cardiovasculaires grâce à leurs hormones, qui chutent une fois l'arrêt du cycle ovarien.

Si ces faits sont avérés et prouvés par la science depuis des années, une nouvelle étude vient mettre en lumière le risque supplémentaire qui pèse sur les femmes noires. Ces dernières seraient particulièrement plus susceptibles d'être atteintes de maladies cardiaques à cause du racisme qu'elles subissent au quotidien. Explications.

Pour rappel, les maladies cardiovasculaires désignent plusieurs types d'affections cardiaques, dont les maladies coronariennes, qui surviennent lorsque l'approvisionnement en sanguin du muscle cardiaque est interrompu ou bloqué. En 2019, les Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) alertaient déjà sur les prédispositions des femmes Afro-Américains, 30 % plus susceptibles de mourir d'une maladie cardiaque que les femmes blanches non hispaniques. En parallèle de ce risque disproportionné face aux maladies coronariennes et à la mortalité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite