Manifestations en Iran : « Les hommes montrent une grande solidarité envers les femmes, c’est du jamais vu »

© FATEMEH BAHRAMIANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

Les manifestations se poursuivent en Iran, six jours après le décès de la jeune Mahsa Amini. Décryptage avec Mahnaz Shirali, sociologue et spécialiste de l’Iran.

La mort de l’Iranienne de 22 ans, Mahsa Amini, le 16 septembre, après son arrestation par la police des mœurs, a créé l’émoi dans tout le pays. Des manifestations ont lieu dans toutes les provinces. L’ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, estime que 31 civils ont été tués depuis le début des mobilisations. Après des blocages ponctuels d’Internet, le 22 septembre, l’État a coupé l’accès aux réseaux sociaux tels que Whatsapp et Instagram.

La sociologue, politiste et spécialiste de l’Iran Mahnaz Shirali nous éclaire sur la situation actuelle et les conséquences que pourraient avoir cette révolte populaire.

À lire aussi >> Iran : un projet de reconnaissance faciale voudrait sanctionner les femmes non voilées

ELLE. En Iran, comment agit la police des mœurs, qui surveille les femmes et a arrêté Mahsa Amini ?

Mahnaz Shirali. La première mesure restrictive que la République islamique a imposé sur la société iranienne, en 1979, était le voile obligatoire. Pour rendre la mesure effective, Khomeiny a créé une police de mœurs. La police de mœurs veille sur le bon fonctionnement, l’application des lois islamiques. Les femmes doivent s’habiller d’une façon et pas autrement. Avec le voile. Depuis 43 ans, les Iraniennes sont agressées, violentées, humiliées par cette police qui applique les lois islamiques. La mort de Mahsa a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Des photos des manifestations ont été publiées et on...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi