Le mari de Delphine Jubillar mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint »

·2 min de lecture

Placé en garde à vue mercredi, le mari de l’infirmière disparue depuis six mois a été mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint » et placé sous mandat de dépôt ce vendredi, après que les enquêteurs ont relevé des incohérences dans son récit sur le soir de la disparition.  

Le mari de Delphine Jubillar, l’infirmière de 33 ans disparue depuis six mois dans le Tarn, a été mis en examen vendredi pour « homicide volontaire par conjoint et placé sous mandat de dépôt », a indiqué lors d’une conférence de presse le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzeari. « C'est l’hypothèse d’une disparition criminelle qui est désormais privilégiée dans ce dossier », a-t-il déclaré. 

Lire aussi >> Disparition de Delphine Jubillar : l'enquête continue sur Facebook

Un récit « évolutif et contradictoire » 

Le procureur de la République est revenu en détails sur les éléments ayant permis la garde à vue puis la mise en examen de Cédric Jubillar. Il indique que l'homme a fourni des explications « évolutives, contradictoires et parfois même infirmées par des témoins » sur les circonstances entourant la disparition de son épouse. 

Par exemple, Cédric Jubillar continue d’affirmer que le soir de la disparition, il n’y a pas eu de dispute avec son épouse. Or, « son fils âgé de 6 ans a fait des déclarations selon lesquelles vers 23 heures, il a entendu depuis sa chambre, une violente dispute entre ses parents », explique Dominique Alzeari, qui estime ce témoigne crédible, d’autant que l’enfant été au courant que sa mère voyait un autre homme et l’avait répété à son père.  Le couple Jubillar était en effet en pleine séparation et selon le procureur, Cédric Jubillar « avait une très...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles