Publicité

La soumission chimique par un proche : Qu'est-ce que ce fléau méconnu ?

L'affaire des viols de Mazan secoue à nouveau après une nouvelle enquête du « Monde ». En mai, une campagne baptisée #Mendorspas avait été lancée afin de sensibiliser et alerter sur la soumission chimique qui est encore largement méconnue.

Chaque année, près de 600 plaintes sont déposées pour des faits de soumission chimique, neuf sur dix étant des femmes, comme le souligne Franceinfo. « La soumission chimique, c’est droguer une personne à son insu pour abuser d’elle, sans qu’elle puisse réagir ou parfois même en avoir conscience », explique Caroline Darian dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux. Mais, selon elle, « la soumission chimique est encore trop souvent associée au seul GHB versé dans un verre en boîte de nuit. Or la majorité des auteurs sont des proches qui utilisent des médicaments issus de la pharmacie familiale ! », a-t-elle indiqué auprès du «  Parisien ».

C'est ce que vient rappeler l'affaire des viols de Mazan, qui devrait déboucher sur un procès hors norme et historique en 2024, et dont les détails sordides ont été dévoilés cette semaine dans une enquête du «  Monde ». Cette histoire, c'est celle de Dominique P., le père de Caroline Darian, qui, pendant des années, a drogué son épouse à son insu, afin que des hommes la violent.

Lire aussi >> Soumission chimique, violences en milieu festif… comment s’organise la prévention dans le milieu étudiant ?

Dans les colonnes du journal « Le Parisien », Caroline Darian s’est d’ailleurs confiée sur ce que son père a fait subir à sa mère. « Pendant dix ans, mon père a drogué ma mère à coups de somnifères et d’anxiolytiques, pour abuser d’elle et la faire violer par...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi