Mesdemoiselles, vous pourrez bientôt garder votre culotte pendant un examen gynéco

Katia Rimbert
Journaliste

Pour que la gêne voire l’humiliation que peuvent générer les examens gynécologiques s’arrêtent pour de bon, une jeune femme a eu la brillante idée de concevoir une culotte que l’on peut garder pendant la consultation. Génie. Bienveillance. Sororité.

(c) Getty Images

FI-NI. Finie la crainte d’appeler votre gynéco pour prendre rendez-vous, la gêne immense au moment de se déshabiller complètement (ou presque) devant le ou la praticien.ne, l’angoisse du frottis, la peur du moment fatidique de mettre ses pieds sur les étriers… Tout ça, c’est bientôt de l’histoire ancienne. Parce qu’on est d’accord qu’il n’y a rien de plus malaisant que de devoir baisser sa culotte devant un médecin et de s’installer les quatre fers en l’air devant lui. Surtout si on ne l’a jamais vu et qu’on n’est pas spécialement à l’aise si c’est un homme.

Une procrastination dangereuse
Alors oui, certaines femmes s’en fichent royalement et n’ont absolument pas de problème avec ça. Et c’est tant mieux. Mais elles sont loin d’être majoritaires. Surtout quand on sait que 33% sur 300 femmes interrogées renoncent à faire un frottis vaginal tous les trois ans – comme c’est recommandé par l’Institut National du Cancer – pour dépister un éventuel cancer du col de l’utérus. Car que si elles ne le font pas, c’est en grande partie parce qu’elles n’ont pas spécialement envie d’aller écarter les jambes devant un.e inconnu.e. Voire qu’elles le redoutent. Sans parler de celles qui ont subi des violences obstétricales. Ça, c’est encore un autre sujet qui mériterait qu’on s’y attarde bien plus longtemps.

Ces femmes prennent donc un risque pour leur santé en repoussant sans cesse l’échéance. Et là, ce n’est plus seulement un caprice ou une pudeur un peu trop exacerbée. C’est dangereux. Et puis évidemment, plus on stresse, plus on est crispé et plus l’acte médical est douloureux. On ne va pas vous faire un dessin.

Paye ta vulve
C’est en partant de ce constat mais aussi de son expérience personnelle que Marie Rimbault-Joffard a une idée qui pourrait complètement changer votre rapport avec les consultations gynécologiques. La jeune femme a imaginé une culotte spécialement conçue pour être portée pendant un examen gynéco. J’ai nommé, Imagyne.

Pourquoi ? Parce qu’elle s’ouvre verticalement au niveau de l’entrejambe. Elle permet donc un accès facile au vagin sans dévoiler l’intégralité de vos parties intimes. Cela “permet à toute femme qui le souhaite de pouvoir conserver un sous-vêtement pendant toute la durée de l’examen, et de ne plus avoir à montrer l’intégralité de ses organes génitaux pour les actes vaginaux (frottis, pose de stérilet (DIU), sonde échographique etc.)” comme l’explique l’entrepreneuse sur le site de France Active. Cette dernière précise aussi que “toute la partie supérieure de la vulve, du pubis et de la zone anale sont dissimulés”.

Ce simple sous-vêtement pourrait donc à lui tout seul préserver l’intimité des patientes mais aussi être un enjeu de santé publique majeur. Pour le moment, la culotte Imagyne est en cours de réalisation. Mais sur Twitter, la créatrice a donné un aperçu de ce à quoi elle pourrait ressembler. Autant vous dire qu’on y croit très fort et qu’on a hâte que le projet voit le jour.