Publicité

#MeToo du cinéma français : Vincent Lindon et Maurice Barthélemy apportent leur soutien

Les acteurs restent silencieux depuis la prise de parole de Judith Godrèche contre les violences sexuelles aux César. Deux figures du septième art, Vincent Lindon et Maurice Barthélemy, apportent leur soutien à la libération de la parole, estimant que « le statut d’artiste ne sera jamais un totem d’immunité ».

Un silence qui commence à se faire remarquer. « Je parle, je parle, mais je ne vous entends pas. Ou à peine. Où êtes-vous ? », interpellait Judith Godrèche lors de son discours à la cérémonie des César 2024. Une prise de parole puissante visant à dénoncer le silence assourdissant de la famille du cinéma sur les violences sexuelles qui gangrènent le milieu et que la comédienne entend dénoncer. En l’occurrence, les acteurs sont peu nombreux à soutenir ouvertement la libération de la parole, mais c’est le cas de Vincent Lindon et Maurice Barthélemy qui ont exprimé leur soutien aux victimes.

Un message de soutien tardif de la part de Vincent Lindon

Dans les colonnes de « Ouest-France », l’acteur Vincent Lindon dénonce, ce mercredi 28 février, les scandales d’agressions sexuelles qui touchent le monde du cinéma et il estime que le « statut d’artiste ne sera jamais un totem d’immunité ». « Je serai toujours du côté des victimes », a-t-il confié. Et d’ajouter : « Ce fléau ne doit plus être la seule préoccupation des femmes, nous les hommes devons nous inviter dans la lutte résolument, sans défaillir sur un si long chemin. Nous devons les aider à construire leur souveraineté et atteindre une égalité parfaite et ne plus jamais la remettre en cause. »

Des liens avec Benoît Jacquot comme possible explication

Son amitié avec le réalisateur français Benoît Jacquot, récemment mis en cause par Judith Godrèche,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi