Publicité

Meurtre d’Inass, la petite inconnue de l’A10 : retour sur cette affaire criminelle sordide

L’heure de la justice n’a pas encore sonné pour Inass. Trente-six ans après la découverte du corps de la fillette sur le bas-côté de l’autoroute A10 à Suèvres (Loir-et-Cher), la mise en examen de ses deux parents ne signe pas pour autant la conclusion de cette affaire sordide. Le 11 août 1987, le corps de l’enfant de quatre ans est retrouvé enveloppé dans une couverture et abandonné sur le côté de l’autoroute. Ce sont deux agents d'entretien de l'autoroute qui vont découvrir l'enfant, marquée par de multiples blessures, au point que l’autopsie révèle des sévices "rarement constatés" selon Jean-Marie Goix, dans son podcast Enquêtes Criminelles sur RTL. Pendant presque trente ans, personne n’a su qui était la petite fille retrouvée dans la couverture. Personne ne vient réclamer le corps. C’est en octobre 2016, lors de l’arrestation du frère de la petite Inass suite à une bagarre à la sortie d’un bar, que l’analyse de son ADN permet d’identifier l’enfant. Pour autant, le feuilleton criminel est loin d’être terminé.

En effet, Le Figaro évoque en septembre 2023 un "imbroglio judiciaire" pour qualifier l’affaire. En juin 2018, les parents de la petite Inass sont mis en examen pour "meurtre", "recel de cadavre" et "violences habituelles (se dit généralement de violences fréquentes et régulières, ndlr) sur mineur de moins de 15 ans" et écroués. Pendant leurs auditions, ils se rejettent la faute l’un sur l’autre, le père accusant la mère de violences tandis que cette dernière accuse son (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite