Publicité

Meurtre de Sihem : "Gardez votre argent", sa famille parle pour la première fois après le drame

C'est une macabre découverte qui a été faite ce jeudi 2 février. Le corps de Sihem Belouahmia, disparue depuis le 26 janvier dernier, a été retrouvé grâce aux indications du principal suspect, Mahfoud H., un homme de 39 ans. Après avoir nié toute implication, il est finalement passé aux aveux et c'est une "dispute liée à une relation amoureuse" qui a été évoquée par le procureur de Nîmes. Ce vendredi 3 février, ce sont les proches de l'adolescente qui ont pris la parole pour la première fois. "Sa mort a eu un effet de choc", a d'abord déclaré Azzedine, le cousin germain de la victime. Conscient que ce drame a beaucoup touché les Français, il précise ensuite : "Nous refusons tout type de cagnotte, gardez votre argent. Votre soutien nous suffit" avant de saluer le "travail énorme accompli par les enquêteurs". Par la suite, Azzedine regrette que le suspect ait pu s'en prendre à Sihem Belouahmia. "Si la justice avait plus de moyens on l'aurait jugé plus tôt, on aurait pu éviter ce drame", a-t-il précisé avant d'ajouter : "Il essaie d'enfouir la vérité". Mais que s'est-il passé le 26 janvier dernier ? Pourquoi Mahfoud H s'en-est-til pris à la jeune femme ?

Mahfoud H., âgé de 39 ans, était un homme connu de la justice. Il comptait 13 mentions dans son casier judiciaire : cinq pour faits d'atteinte aux biens et huit liées à la conduite de véhicule. En 2015, il avait été condamné à 12 ans de prison pour vols et braquages. "Il est sorti (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Karine Torchi, cette baby-sitter qui jetait les bébés par les fenêtres
Disparition de Leslie et Kevin : "Je viens de...", cet avant-dernier message sanglant avant le silence radio
Meurtre de Sihem : comment le principal suspect a révélé l'emplacement du corps de la jeune femme
Une jeune maman avoue avoir été déçue en découvrant le sexe de ses jumeaux
Ancienne playmate, elle a tué son bienfaiteur le jour où il lui a coupé les vivres…