Le mono-sourcil est la tendance du moment… Les femmes laissent pousser leurs poils pour avoir une arcade sourcilière unique et dense

·2 min de lecture

Longtemps camouflé à coups d’épilation intensive, le monosourcil est désormais fièrement arboré. Cette bande poils, qui relie les deux sourcils en une arcade sourcilière unique, est sacralisée. Un virage qui s’inscrit dans le #unibrowmovement, instigué par la mannequin gréco-chypriote Sophia Hadjipanteli. Si Frida Kahlo est éternellement associée à ce style, la relève est assurée avec de nouvelles figures qui distillent des messages body positive pour enfin faire accepter cette particularité naturelle. De quoi aussi intégrer que le poil n'a rien de « dégoûtant ».

Jadis décriées, certaines tendances beauté connaissent un nouvel élan. Ainsi, doucement mais sûrement, le sourcil fin fait son retour avec Bella Hadid. Mais force est de constater que tous les opposés s’entrechoquent ! En parallèle, les arcades sourcilières très fournies s’imposent depuis presque une décennie. Si jusqu’à présent elles étaient domptées et très sculptées, leur design se fait de plus en plus « sauvage ». Les poils sont retirés au minimum pour laisser place à une frange hérissée et coiffée vers le haut puis fixée. De quoi obtenir un effet « Fluff Brows ». Certaines femmes vont plus loin encore et mettent en lumière leur monosourcil et prouvent à quel point cela sublime leur regard et contribue à l’harmonie de leur visage.

Longtemps considérée comme disgracieuse, cette large bande de poils qui relie les sourcils au centre du front, est désormais sacralisée. Cette implantation pilaire est rare et certaines ont compris à quel point elle pouvait avoir de la valeur. Ainsi, des femmes l’affichent fièrement et en font leur signe distinctif. Loin d’être une mode de passage, la synophridie est une réalité enfin assumée et affichée au grand jour. Au-delà de la beauté, le monosourcil s’inscrit dans un mouvement body positive. Rassemblées sous le hashtag #unibrowmovement, les vidéos TikTok sur le sujet se multiplient. L’occasion de démontrer que cette particularité n’a rien de honteux. Alors que...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Laura : "Je trouvais que les poils de ma petite amie étaient beaux"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles