Publicité

Mort d’Emile : pourquoi les enquêteurs ne pourront pas dater le décès du jeune garçon ?

Un tournant a eu lieu dans l'enquête sur la disparition d'Emile le samedi 30 mars 2024. Ce jour-là, un crâne et des dents ont été découverts par une promeneuse, à seulement un kilomètre de l'endroit où le petit garçon a été aperçu vivant pour la dernière fois. Pour mémoire, Emile avait échappé à la vigilance de ses grands-parents dans le hameau du Haut-Vernet le samedi 8 juillet 2023. En charge de cette affaire, le parquet d'Aix-en-Provence a officialisé la mort d'Emile le dimanche 31 mars 2024. "Les enquêteurs prenaient possession des ossements immédiatement transportés à l'IRCGN afin de procéder à des analyses d'identification génétiques qui permettaient de conclure ce 31 mars qu'il s'agissait des ossements de l'enfant Émile Soleil", était-il indiqué dans un communiqué relayé notamment par Le Figaro. Suite à cette macabre découverte, les autorités ont "gelé" la zone dans laquelle les ossements d'Emile ont été retrouvés, afin de mener des "recherches approfondies".

Les enquêteurs doivent désormais déterminer comment la victime est décédée. Malheureusement, ils ne seront pas en mesure de dater avec exactitude le moment où le petit Emile a perdu la vie. C'est en tout cas ce qu'affirme le médecin légiste de Verdun, Bruno Frémont, dans une interview accordée au Parisien lundi 1er avril 2024. "C'est trop tard ! Pour dater la mort, on examine la couleur de la peau, l’aspect des yeux, la souplesse du corps… Ces détails, mis bout à bout, permettent d’'approximer' le décès. S’il vient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite