Mort de Lady Diana : les confidences inédites du médecin qui a tenté de la sauver, la nuit du drame

·1 min de lecture

Vingt quatre ans après le drame de la mort de Lady Di, le médecin qui a tenté de la sauver à Paris parle enfin.

C'était le 31 août 1997. Ce soir-là, à Paris, une Mercedes lancée à toute vitesse, pour échapper à des paparazzi, percutait une colonne dans le tunnel de l'Alma, avec à son bord trois personnes.

« Cette dame, j’ai eu son cœur entre les mains »

Si le chauffeur du véhicule et l'un des passagers, Dodi Al-Fayed avaient trouvé la mort immédiatement, la troisème personne, Lady Diana, elle, avait été conduite à l'hopital dans le but d'être sauvée. Elle a ainsi croisé à la Pitié-Salpêtrière un certain docteur Monsef Dahman, qui s'exprime, 24 ans après les faits dans les colonnes de Nice Matin, ce 20 juin. Concernant son silence depuis les faits, il admet avec « l’équipe qui était présente cette nuit-là, nous avons été hyperprotégés. Face aux médias, face au système judiciaire ».

Lui qui révèle « Cette dame, j’ai eu son cœur entre les mains », raconte que la nuit du drame « la cohésion était totale au sein de l'équipe (...) entre le professeur Bruno Riou (...) et les infirmiers-anesthésistes, les infirmiers du bloc opératoires et tous les chirurgiens de toutes les spécialités imaginables, disponibles si nécessaire ».

Sans pour autant violer le secret médical, Monsef Dahman précise que la maman des princes William et Harry avait « un traumatisme thoracique violent, un bilan cataclysmique », et balaye d'un revers de main les rumeurs de grossesse, qu'il a jugé « inconvenantes, horribles et de...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles