Publicité

Mort de Sihem: sa famille n'avait "pas connaissance d'une relation amoureuse" avec le mis en cause

Me Mourad Battikh, avocat de la famille de Sihem. - BFMTV
Me Mourad Battikh, avocat de la famille de Sihem. - BFMTV

Quel est le mobile du meurtre de Sihem? L'homme de 39 ans qui a reconnu l'avoir tuée a expliqué aux gendarmes qu'il entretenait une relation amoureuse secrète avec la victime. Le soir du drame, tous deux se seraient disputés à ce sujet et il aurait fini par étouffer Sihem, affirme le mis en examen qui est, par ailleurs, l'ex-compagnon d'une cousine de la victime.

Une déclaration que l'avocat de la famille de Sihem a tenu à nuancer ce jeudi, lors d'une conférence de presse.

"Il s'agit d'une relation amoureuse dont personne n’avait connaissance, ce n’est que la version de la personne mis en examen, elle n'est corroborée par personne. Il est probable que cette relation n'ait jamais existé", a rectifié Me Mourad Battikh.

Beaucoup de questions "encore en suspens"

Selon le conseil, Sihem considérait le trentenaire "comme un oncle, il y a un grand écart d'âge entre eux. Elle gardait de temps en temps les enfants de sa cousine, qui est l'ex-femme de cet individu". Alors, pourquoi Sihem l'a-t-elle rejoint vers minuit le soir du drame?

"On ne sait pas si elle est allée le rejoindre volontairement, si elle a été enlevée, si elle a été séquestrée... Toutes ces questions sont encore en suspens. Ce sont des réponses que nous aurons au fur et à mesure de l'instruction", a souligné Me Battikh.

Les investigations se poursuivent sous la houlette d'un juge d'instruction et devront effectivement éclaircir les circonstances de la mort de la jeune femme ainsi que la cause de son décès. Ces éléments seront ensuite "confrontés aux déclarations du mis en examen", a précisé ce jeudi matin la procureure de la République de Nîmes.

"Les parents de Sihem sont en quête de vérité. Ils ont un sentiment de colère profond et d'injustice abyssal", a fait savoir Me Mourad Battikh.

Un lourd passé judiciaire

Le mis en cause dans la mort de Sihem devait être jugé devant les assises du Gard ce mercredi dans une autre affaire, celle d'un vol à main armée. Au vu des nouvelles charges qui pèsent contre lui, cette audience a été renvoyée à une date ultérieure.

Il a par ailleurs été condamné cinq fois pour atteinte aux biens et huit fois pour des faits en lien avec la conduite d'un véhicule, et a notamment purgé une peine de 12 ans de réclusion pour vol avec arme.

Une expertise psychologique réalisée au cours d'un précédent dossier l'a décrit un homme ayant une déficience intellectuelle légère et des troubles cognitifs mais sans pathologie mentale alienante, à cette époque-là. Sa personnalité est également apparue comme narcissique, orgueilleuse, têtue et impulsive.

Article original publié sur BFMTV.com