Publicité

"Nayola", le film d'animation qui raconte la guerre d'Angola à travers le destin des femmes

"Nayola", le film d'animation qui raconte la guerre d'Angola à travers le destin des femmes - Urban Distribution
"Nayola", le film d'animation qui raconte la guerre d'Angola à travers le destin des femmes - Urban Distribution

Comment rendre compte des dégâts de la guerre qui a ravagé l'Angola durant plus de 25 ans ? Le joli film d'animation "Nayola" explore l'impact du conflit sur trois générations de femmes.

1995. La guerre civile ravage l'Angola. La jeune Nayola se lance à la recherche de son mari, Ekumbi, disparu au combat. Elle pose des mines, slalome entre les bombes, trace sa route inlassablement. En 2011, l'impétueuse Yara, 16 ans, compose ses hymnes à la résistance. Elle rappe la dureté de la vie, appelle à la révolte dans une société oppressive. Et s'interroge : où est donc cette mère qui l'a laissée chez sa grand-mère alors qu'elle n'avait que 2 ans ? Que s'est-il passé ?

Inspiré par la pièce de théâtre de Eduardo Agualusa et de Mia Couto A Caixa preta, le film d'animation Nayola revient sur l'impact de la guerre qui a déchiré ce pays d'Afrique équatoriale durant plus de deux décennies et comment ce conflit a marqué trois générations de femmes angolaises : la mère, la fille et la grand-mère.

"J'ai été touché par la manière dont Eduardo Agualusa et de Mia Couto montrent les conséquences d'une guerre de plus de 26 ans sur une famille du point de vue de trois générations différentes de femmes avec leurs secrets, leurs craintes et leurs rêves", explique le réalisateur portugais José Miguel Ribeiro, qui a pris le temps de façonner ce film pour coller au plus près de ce pays meurtri. "Je ne suis pas une femme, je ne suis pas angolais·e, et ça a été un travail de 5 ans. J'ai dû m'informer, faire des recherches en Angola et dans des livres comme Combater Duas Vezes (Combattre deux fois) de Margarida Paredes, un récit des femmes qui...

Lire la suite


À lire aussi

Plus de la moitié des Français souhaitent que l'endométriose soit mieux comprise en entreprise
Arnold Schwarzenegger souhaite "réveiller" les antisémites
Elodie Gossuin brise le complexe de la "mauvaise mère"