Publicité

"Je ne me sens plus utile et la vie ne présente plus d’intérêt" : À 95 ans, Colette va avoir recours à l'euthanasie

"Je ne me sens plus utile et la vie ne présente plus d’intérêt" : À 95 ans, Colette va avoir recours à l'euthanasie

"C’est dur de passer des journées où on se contente de jouer au bridge. Je ne me sens plus utile à quoi que ce soit et en plus la vie ne présente plus d’intérêt…", confie Colette Menasge. À 95 ans, elle a fait le choix de recourir à l'euthanasie. Elle a souhaité réaliser l'opération en Suisse et c'est ainsi qu'elle partage sa vision de la vieillesse et explique son choix.

En effet, la nonagénaire estime avoir eu la chance de vivre "à peu près correctement jusqu'à maintenant". Comme elle le dit, désormais son souhait est de : "mourir à petit feu". Pour procéder à l'opération, elle a choisi la Suisse qui, elle, pratique l'euthanasie, contrairement à la France. Par ailleurs, Colette affirme bien qu'on ne peut pas se dire vraiment prêt. Seulement, on peut avoir des problèmes tels que l'on ne souhaite plus vivre. Cela peut être une pathologie grave ou encore des maladies incurables, pour lesquelles il n'y a pas d'issue et que la meilleure solution semble être d'abréger les souffrances.

"Le grand âge, ça, c'est une affaire de nos réactions personnelles. J'estime que l'extrême vieillesse ne présente pas d'intérêt", dit-elle. Elle indique passer des journées complètement vides et sans utilité pour personne. L'euthanasie, c'est un choix personnel. Selon elle, les gens pensent, d'un point de vue extérieur, qu'elle vit une merveilleuse vieillesse. Ce serait justifié par l'endroit dans lequel elle vieillit ou encore grâce à son entourage : "J'ai une famille adorable". Néanmoins, Colette ne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite