Nosophobie : d’où vient la peur irrationnelle des maladies

·2 min de lecture

À l’idée de s’exposer au risque d’attraper une maladie, certaines personnes se trouvent paralysées d’angoisse. Ce trouble, qui se manifeste aussi par la peur d’avoir contracté quelque chose de grave au premier symptôme, s’appelle la nosophobie. Le psychologue Boris Charpentier explique les causes de cette phobie et les traitements possibles.  

« Je passe mon temps à m’auto-analyser pour être sûre qu’en cas de maladie grave, ce soit pris à temps. Si j’ai mal à la gorge, je pense souvent au fait que ça puisse être un cancer et je culpabilise de ne pas avoir arrêté de fumer plus tôt. Je consulte immédiatement. Ce sont souvent de simples angines », témoigne Elodie, qui a la petite trentaine et souffre de nosophobie. Elle vit ainsi avec la peur irrationnelle de contracter une maladie qui affecterait sa santé. Le psychologue et psychothérapeute spécialiste en thérapies brèves Boris Charpentier explique d’où vient ce trouble anxieux.

Qu’est-ce que la nosophobie ?

Le terme nosophobie vient de « nosos » qui veut dire « maladie » en grec ancien, et de « phobos » qui renvoie à la peur. La nosophobie est la peur irrationnelle de contracter des maladies. Elle n’est pas identique à l’hypocondrie, car le patient nosophobe se concentre sur le fait de protéger sa santé et de ne rien attraper qui pourrait le mettre en danger.

D’où vient la nosophobie ?

La nosophobie peut trouver racine dans l’histoire familiale : avoir eu un proche gravement malade, avoir été exposé à des symptômes violents sans en comprendre le sens lorsqu’on était enfant. Elle peut résulter d’un traumatisme personnel, telle qu’une grave maladie durant l’enfance, par exemple. Elle peut être encore le fruit d’un principe de précaution extrême dans le cadre familial qui formate l’esprit de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles