Publicité

Obésité L’espoir des nouveaux traitements

En France aujourd'hui, près de deux personnes sur dix sont en situation d'obésité (17%)*, avec un IMC supérieur à 30**. Elles étaient 8,5% en 1997. Quant aux personnes en surpoids, elles représentent près du tiers de la population totale (30,3%*), avec un IMC compris entre 25 et 30. Face à ce que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifie d'épidémie, les chercheurs étaient jusqu'à présent assez démunis. Les médicaments proposés dans les années 80 et 90, qui agissaient sur le système nerveux pour réduire l’appétit, ont été retirés du marché en raison d’effets secondaires graves, notamment au niveau cardiaque. Aujourd’hui, on expérimente des prises en charge pluridisciplinaires et de nouvelles molécules qui n’agissent pas directement sur le cerveau et présentent des résultats encourageants.

Comment ça fonctionne ? Le principe repose sur un accompagnement (médecin, diététicien, psychologue, enseignant en activité physique adaptée…) avec un forfait global pris en charge par l’Assurance Maladie.

Pour qui ? Si ces expérimentations se montrent efficaces et se généralisent, elles pourraient être proposées à toutes les personnes obèses. "On pourrait même les prescrire à des personnes en surpoids pour prévenir l’obésité et ses complications", souligne le Dr Cyril Gauthier, nutritionniste, qui supervise actuellement l’une de ces expérimentations.

Les limites : le patient doit adhérer au programme, suivre les ateliers proposés, adopter de nouvelles habitudes recommandées. "Contrairement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite