Publicité

Les océans en danger : le requin-baleine menacé par la pêche

Requin ou baleine ? Cet animal marin méconnu brouille les pistes. Il suffit pourtant de le regarder nager pour ne plus se tromper : comme tous les requins, sa nageoire caudale oscille de droite à gauche, quand celle des baleines ondule de haut en bas. Pour le reste, c’est moins évident : ce poisson au corps massif et allongé emprunte aux cétacés leur immense taille (jusqu’à 18 mètres de long) et leurs comportements alimentaires, d’où son nom trompeur ! Ce géant placide, dont la livrée grisâtre est quadrillée d’un damier moucheté de points caractéristiques, ne représente aucune menace pour l’homme. Ce serait plutôt l’inverse…

La vitesse de déplacement du requin-baleine ne dépasse pas 5 km/h. Sa peau, la plus dure du règne animal, mesure jusqu’à 15 cm d’épaisseur. Son immense bouche possède 300 rangées de dents. Il vit, en moyenne, cent ans.

Avec une gueule comme la sienne, dont la largeur atteint parfois deux mètres, ce requin pourrait engloutir d’énormes proies. Mais il préfère les petits calibres : planctons, krills, crustacés, mollusques et poissons d’une taille inférieure à dix centimètres. Il raffole aussi de la soupe laiteuse qu'expulsent les coraux lors de leur reproduction. Et pour couvrir ses besoins, il avale une tonne d’aliments par jour, qu’il filtre en relâchant par ses branchies les milliers de litres d’eau qu’il absorbe.

Orques et requins opportunistes sont ses prédateurs naturels, mais la principale menace pour sa survie vient de l’homme, qui le chasse pour ses ailerons (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite