Orthographe : doit-on écrire "en tout cas" ou "en tous cas" ?

"En tout cas, nous nous verrons ce soir !", "Mais en tous cas, je suis très heureuse." Dans les textes, nous voyons souvent cette expression orthographiée de deux manières différentes. Dans des textes plus anciens - on pense notamment à Proust ou Rousseau - l'expression s'habille généralement d'un S. Mais alors, les deux versions sont-elles correctes ou faut-il n'en n'employer qu'une seule ? Dans un article, Le Figaro Langue française rappelle que le mot "cas" vient du latin "casus", qui signifie "chute, circonstance, hasard". Dès le début du XVe siècle, le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL) atteste alors l'expression "en tout cas" qui désigne "quoi qu'il arrive, de toute façon". Du côté de l'Académie française, on apprend simplement qu'un "en-tout-cas" représente une "ombrelle de grande dimension, qui peut servir de parapluie". Si l'on en croit les linguistes, les deux orthographes seraient désormais acceptées.

Aujourd'hui, le Larousse semble être l'unique dictionnaire à mentionner les deux graphies, tout en donnant priorité à la version au singulier. De son côté, Le Robert n'accepte que celle-ci. Pourtant, certains experts de la langue française expliquent que les deux expressions sont employables, selon les situations. Dans son livre Madame l'orthophoniste efface toutes vos fautes d'orthographes !, la spécialiste précise tout d'abord que "c'est une locution qui appartient au registre familier" et que les deux orthographes sont possibles "avec une petite (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite