Publicité

Ozempic, Fentanyl, Mediator… détournés, ces médicaments sont un vrai danger

Un antidiabétique utilisé comme coupe-faim, un sirop pour la toux transformé en cocktail enivrant ou un antidouleur devenu drogue de synthèse… détournés de leur usage initial, les médicaments peuvent parfois s’avérer dangereux.

Que ce soit sous l’impulsion de médecins ou bien en toute illégalité, les médicaments sont parfois détournés de leur usage prévu. Tour d’horizon de ces traitements, dont l’utilisation, si elle est mal encadrée, peut avoir de graves conséquences.

L’Ozempic : cet antidiabétique injectable fait beaucoup parler de lui ces derniers temps. Il est plébiscité sur TikTok pour ses vertus amaigrissantes. Son principe actif, le sémaglutide, est responsable de pertes de poids spectaculaires.

Mais si certains pensent que l’Ozempic est la solution miracle pour perdre quelques kilos facilement, son utilisation n’est pas sans conséquences. Nausées, vomissements, vertiges, pancréatite… La liste des effets secondaires est longue et le miracle, lui, éphémère : les patients qui arrêtent le traitement reprennent rapidement le poids perdu, et peinent encore plus à le perdre par des moyens naturels ensuite.

Le fentanyl : à l’origine, le fentanyl est un antidouleur ultra-puissant, destiné à soulager les patients en phase terminale de cancer.

100 fois plus fort que la morphine, cet opioïde a rapidement été détourné de son usage pour devenir l’une des drogues de synthèse les plus populaires dans le monde.

Le fentanyl est notamment utilisé pour couper l’héroïne, mais sa nature ultra-concentrée le rend extrêmement dangereux : quelques milligrammes peuvent entraîner la mort par overdose. Aux États-Unis, où la consommation d’opioïdes est un grave...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi