Des paquets moins remplis, une moindre qualité : la tendance des marques à la « shrinkflation »

© Kanawa_Studio/iStock

Cette pratique, qui consiste à réduire la quantité ou diminuer la qualité des produits sans en informer les consommateurs, est dénoncée par l’ONG Foodwatch.

Moins de chocolats dans la boîte ou de lait dans la crème glacée : pour ne pas trop augmenter les prix en rayons et risquer de faire fuir des clients inquiets pour leur portefeuille, certains industriels réduisent discrètement la quantité, voire la qualité de leurs produits, dénonce l’association Foodwartch.

La « shrinkflation » (du verbe anglais « shrink », rétrécir), qui consiste à masquer les hausses de prix des produits en réduisant leur poids, est dans le viseur de Foodwatch, ONG qui « milite pour la transparence dans le secteur agroalimentaire ».

Dans l'émission « Complément d'enquête » diffusée jeudi soir sur France 2, Foodwatch épingle six marques « qui ont modifié la taille de leurs produits-phares ces dernières années ».

Lire aussi >> Pinkflation : les femmes sont-elles davantage victimes de l'inflation ?

Moins de produit dans les emballages

Ainsi les boîtes de chocolat Pyrénéens au lait de Lindt ont été amputées de six bouchées, passant de 30 à 24 et réduisant le poids global de 20 %. Alors que le prix au kilo, relevé chez le distributeur Carrefour, a bondi de 30 % depuis 2020, la hausse du prix de la boîte a été limitée à 4 %...

Salvetat, propriété de Danone, a réduit la taille de ses bouteilles d'eau de 1,25 litre à 1,15 litre en 2020. Au final, le prix de la bouteille augmente peu (+5 %), tandis que le prix au litre a grimpé de 15 % chez Intermarché. Et Foodwatch souligne que la mention...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi