Publicité

Comment repérer un patron toxique ? Un scientifique a la solution

En plus d'impacter négativement les salariés, ces leaders pourraient également se faire du mail (Getty Images)

En plus du stress, un management toxique peut causer l'apparition de certaines maladies. Explications.

Vous allez au travail avec la boule au ventre ? Vous ne comprenez pas les méthodes de votre patron ? Comme le relaye The Sun, des scientifiques ont listé les traits de personnalité des plus mauvais dirigeants. À ce sujet, le professeur Simon L. Dolan a publié un livre consacré au stress au travail, il pointe du doigt un mauvais manager dont le comportement peut être "dévastateur".

En plus des conséquences directes sur la qualité de vie au travail, ces patrons pourraient également être responsables de l'apparition de maladies liées au stress comme des crises cardiaques mais également de l'apparition d'asthme, de dépression, d'insomnie, de perte de mémoire, etc. "Sciemment ou non, un leader toxique est celui qui abuse de son autorité et viole la confiance pour satisfaire son propre ego", résume le professeur Dolan.

Pour aider les lecteurs à identifier un leader toxique, le Pr Dolan a listé les caractéristiques d'un patron nuisible : une jalousie envers la réussite de son équipe, une préoccupation constante de la concurrence, il s'attribue le mérite du travail des autres, se compare constamment aux autres et considère que leur estime est uniquement motivée par leurs résultats.

Des conseils pour changer

En plus d'impacter négativement les salariés, ces leaders pourraient également se faire du mal et se mettre en danger, comme l'explique The Sun. En effet, à trop vouloir prouver une force surhumaine, ces dirigeants en arrivent à cacher leurs sentiments pour affronter la pression. Pour le Pr Dolan, il existe des facteurs qui peuvent prédisposer à devenir un patron toxique : des mauvaises expériences de vie, des prédispositions cognitives acquises, etc. Selon lui, ces dirigeants souffrent d'un "manque profond d'estime" et "un besoin compulsif de montrer sa valeur aux autres".

Bonne nouvelle, il donne également des conseils pour aider les patrons à changer : "Même si quelqu'un n'est pas naturellement confiant, il est possible de changer sa perception interne afin qu'il se sente plus en contrôle. (...) Un leader doit être capable de gérer ses émotions de manière suffisamment proactive pour projeter calme et rationalité dans ses équipes". Pour lui, un bon patron est celui qui agit avec respect, qui soutient et favorise la croissance de ses salariés.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "1 personne sur 5 est concernée par la dépression"