Publicité

« Pauvres créatures », « Les chambres rouges », « Comme un prince » : les films qu'il faut voir ou ne pas voir

Un conte macabre, un feel-good movie, le retour d'un grand lézard japonais et un serial-killer canadien : faites votre choix.

« Pauvres créatures » de Yorgos Lanthimos (4/5)

Avec Emma Stone, Willem Daffoe, Mark Ruffalo

Pour son premier film depuis l’immense succès de « La Favorite » Yorgos Lanthimos a vu grand. Spectaculaire même. Visuellement stupéfiant « Pauvres créatures » démarre en noir & blanc, bascule en couleurs quand les personnages embarquent pour un voyage au long cours et se laisse admire à chaque plan. Les décors lorgnent vers l’univers de Tim Burton ou de Disney quand les acteurs (Emma Stone qui retrouve Lanthimos pour la seconde fois, William Dafoe, Mark Ruffalo) laissent toute pudeur au placard.

À lire aussi Willem Dafoe : « Incarner un personnage, c’est partir à l’aventure »

Seulement voilà : si le cinéaste se fait plaisir, il déroule une histoire farfelue, parfois vulgaire, pied de nez à la bien-pensance post #metoo. Quand Bella Baxter découvre crûment les plaisirs de la chair, elle va devenir une sex-addict qui trouvera son apogée dans le métier de péripatéticienne qu’elle exercera à Paris. Certes Bella est une créature pure, une femme bien plus directe que toutes les autres, franche, honnête, loyale, droite. Combattante, se fichant des codes du savoir-vivre avec une gouaille jouissive. Emma Stone joue à merveille la partition de l’enfant-femme qui devient peu à peu une pythie sexuelle avant d’épouser la voie de la raison et de la science.

S...


Lire la suite sur ParisMatch