• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Philippe Etchebest : ""Pour moi, la télé, ce n'est qu'une parenthèse qui s'est ouverte, et qui un jour va se refermer"

·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Nouvelle aventure pour Philippe Etchebest. Le chef le plus connu du PAF vient de dévoiler son livre, Cuisinez bien accompagné. L'occasion pour lui de se confier sur les difficultés que rencontre le monde de la restauration depuis bientôt deux ans.

De Top Chef à Objectif Top Chef en passant par Cauchemar en cuisine, Philippe Etchebest s'est rapidement imposé sur le petit écran français, devenant aussi célèbre que Cyril Lignac, autre star culinaire du PAF. Mais quand il n'est pas face aux caméras, le chef est derrière les fourneaux, lui qui s'illustre dans le monde de la restauration depuis sa jeunesse. Aujourd'hui, cet homme aux multiples casquettes se lance dans un nouveau projet, le livre Cuisinez bien accompagné. Son objectif : proposer des recettes faciles, rapides et efficaces aux Français fins gourmets. Le tout en continuant à gérer d'une main de fer sa carrière.

Forcément, Philippe Etchebest force le respect. Pourtant, lui estime que les autres n'ont rien à lui envier. "Je n'ai rien d'exceptionnel par rapport à quelqu'un d'autre", affirme-t-il au micro d'Alexandre Delperier pour Yahoo! France. "Je fais les choses avec conviction, mais de manière spontanée, peut-être pas toujours réfléchie, mais c'est ça qui fait aussi ma personnalité. Le tout, c'est d'assumer ses propos.

Un manque de main d'oeuvre dans le secteur de la restauration

Mais si les confinements liés au Covid-19 ont été difficiles pour les restaurateurs, la reprise n'est pas simple pour autant. Les clients sont toujours au rendez-vous, certes. Le problème, c'est la main d'oeuvre. "J'ai perdu environ 2 000 couverts sur le mois d'août à cause du manque de personnel, ce qui est énorme. C'est le plus gros mois de l'année, on fait d'habitude 8 000 couverts sur le mois, et là on en a fait beaucoup moins. Je vais devoir fermer sur le mois de novembre tous les midis du lundi au jeudi, afin de préserver mon équipe en place. J'ai du mal à recruter des cuisiniers, je n'ai pas de CV qui tombent. Donc si c'est dur pour moi, je préfère ne même pas imaginer pour les autres."

Pourquoi cette pénurie de cuisiniers, commis et autres serveurs ? Philippe Etchebest a sa petite idée. "Effectivement, la difficulté qu'on peut avoir avec ce métier, c'est de travailler le soir et le weekend, pendant que les autres s'amusent. Mais c'est un choix qu'on a fait. S'il faut, pour recruter, fermer nos restaurants le soir et le weekend, je vous laisse imaginer l'état de la France. On reviendrait à un confinement, quand tous les établissements, les bars étaient fermés. Franchement, c'était pas viable." Pourtant, il ne tarit pas d'éloges concernant sa profession : "Il ne faut pas oublier qu'on est un métier de la dernière chance. On forme les gens quand ils n'ont plus rien. On peut apporter beaucoup de choses, il y a des évolutions possibles et importantes. Mais c'est aussi un métier où le lien social est extrêmement fort, qui permet de voyager, de rencontrer des gens... Humainement, c'est très puissant."

Vidéo. Philippe Etchebest se confie sur les rapports qu'il entretient avec son fils

Un homme sur tous les fronts

Heureusement, pendant les vacances scolaires, le chef peut compter sur le soutien de son fils Oscar-Louis : "Il ne traîne pas dans le canapé à jouer aux jeux vidéo. En ce moment, il est en vacances scolaires, mais il travaille, il est au resto. Il a 18 ans, mais depuis longtemps, je le fais travailler parce qu'il faut qu'il apprenne, comme moi je l'ai appris, à avoir ces valeurs de travail. Se dire que quand on veut des choses, ça ne tombe pas comme ça, c'est pas la vraie vie. Je sais qu'il ne travaillera pas dans la restauration, parce que ce n'est pas ce qu'il veut faire. Mais bon, c'est un moyen de l'occuper, et de lui faire gagner son argent de poche, de lui apprendre la vie."

Son garçon reste d'ailleurs sa plus grande fierté : " Avec ma femme, on ne pouvait pas avoir d'enfant, on a tout essayé pendant six ou sept ans. Puis à un moment donné, on se dit : "C'est la vie, c'est comme ça." Mon épouse a toujours eu envie d'adopter, c'était quelque chose qui lui tenait à coeur. C'est elle qui m'a amené ça." Et pour soutenir son enfant, il n'hésite pas à le complimenter : "Il y a une façon d'élever ses enfants en fonction de leur état d'esprit. Je n'aurais pas pu élever mon fils comme j'ai été élevé à la maison. Les compliments étaient rares chez moi, mais mon fils, lui, il marche aux compliments, à l'encouragement."

Son fils, son livre, ses cuisines, ses émissions... Comment Philippe Etchebest fait-il pour tout mener de front ? Peut-être bien en se rappelant que les choses sont toujours éphémères. "Pour moi, la télé, ce n'est qu'une parenthèse qui s'est ouverte, et qui un jour va se refermer. Une vie sans télé, ce n'est pas grave ! D'ailleurs je suis très étonné : ça fait 11 ans que ça dure. Surtout que quand j'ai commencé, je n'ai pas été très cool car j'ai raccroché au nez de la production. Puis, j'ai accepté à une condition : ne jamais avoir à jouer un rôle. Et je crois que c'est peut-être le secret de la longévité."

Vidéo. "Si on est contraint de faire ça, je vous laisse imaginer l'état de la France"

A LIRE AUSSI

>> "Quel cinéma", "arnaque" : Philippe Etchebest s'incline devant un candidat et sidère les fans de Top Chef

>> Objectif Top Chef : Philippe Etchebest piégé par la production et un candidat, il n'en revient pas ! (VIDEO)

>> Philippe Etchebest pris de court par les larmes de sœurs dans Objectif Top Chef

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles