Publicité

Pierre et Véronique : “J’ai perdu les mots après mon AVC”

Raconter son parcours après un AVC ? Pas simple. Pour mieux comprendre l'impact d'un accident vasculaire cérébral sur la vie de la personne et notamment le langage, notre journaliste a rencontré Véronique, 59 ans, et Pierre, 51 ans, tous les deux rescapés d'un accident vasculaire cérébral. L'article ci-dessous est en grande partie la retranscription des interviews vidéo associées.

"Je ne pouvais que dire : non, non, non..."

J'ai senti que ça n'allait pas. Je ne pouvais que dire “Non, non, non”. Pourquoi ? Je ne sais.” plaisante Véronique, 59 ans, racontant son AVC qu’elle a eu il y a maintenant plus de 20 ans. Pierre, 51 ans, s'est réveillé à l'hôpital après son accident qu’il a eu il y a 1 an et demi. Quand un médecin lui a montré un stylo et lui a demandé de nommer l'objet, il n’a su répondre. J' avais un trou, j’ai découvert que j'avais perdu tous les mots.Un mutisme, premier symptôme de l'aphasie, qui peut être difficile à vivre. Véronique est une personne très sociable et de nature loquace. “ Les gens parlent. Tout à coup je me tais ? Ça ne correspondait pas au schéma que je me faisais de ma personne.” Pierre, bien que de nature plus introvertie, a également constaté les difficultés de suivre des conversations en groupe. Depuis son AVC il a privilégié les conversations individuelles.

Vers la reconstruction

Pour Véronique, retrouver la parole a nécessité...

Lire la suite