Publicité

Piratage informatique, attention cette nouvelle règle vous oblige à réagir vite pour obtenir un remboursement

Ces dernières années, les actions de cyberattaque ne cessent de croître. Il est donc primordial de rester vigilant et de se prémunir. Cependant, une nouveauté est à prendre en compte du côté de la cyber-assurance. Appliquée depuis le 24 avril 2023, la loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur (Lopmi) modifie considérablement la possibilité d’être couvert par l’assurance. Cette nouvelle contrainte agace une partie des entreprises. Et pour cause, dorénavant les personnes physiques et morales victimes d’une attaque informatique doivent déposer plainte dans les 72 heures maximum, si elles veulent obtenir de leur assureur une indemnisation pour les pertes et dommages causés. Cette disposition ne concerne que les cyberattaques survenues dans le cadre de l’activité professionnelle.

Si une personne physique ou morale subit des pertes et dommages résultant d'une cyberattaque dans le cadre de son activité professionnelle, elle dispose d'un délai de 72 heures pour porter plainte afin d'être indemnisée par son assureur. Ce délai commence à partir du moment où la victime découvre les pertes et dommages causés, et non à partir de la date de la cyberattaque elle-même. Autrement dit, il est possible de déposer plainte même si l'attaque a eu lieu il y a un certain temps. À noter qu'un particulier victime d’une cyberattaque dans un cadre privé n’est pas obligé de déposer plainte pour bénéficier d’une couverture assurantielle, prévue dans son contrat d’assurance.

Cependant, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite