Publicité

Pourquoi l'hospitalisation de Kate Middleton inquiète autant ?

Pourquoi l'hospitalisation de Kate Middleton inquiète autant ?  - Abaca
Pourquoi l'hospitalisation de Kate Middleton inquiète autant ? - Abaca

Difficile d'échapper à la nouvelle : oui, la princesse de Galles a été hospitalisée. Mais pour quelles raisons précisément et surtout, pourquoi cette situation inquiète autant ? On vous résume tout.

Si vous êtes passés à côté de l'info, alors la presse people doit vous être étrangère : la princesse de Galles Kate Middleton a été hospitalisée. Cela, on le sait depuis le 17 janvier. Et on en connaît même la raison. En tout cas, officielle : une intervention chirurgicale abdominale, pratiquée au sein de la célèbre London Clinic de Marylebone à Londres. Rien d'inquiétant, donc ?

On pouvait le penser, mais alors que l'intervention se serait bien passée, selon les sources officielles, c'est la convalescence de la princesse qui n'en finit pas. L'état de celle que les tabloïds britanniques dépeignent plus que de raison comme la grande rivale de Meghan Markle finit carrément par susciter un tourbillon de paranoïa. Deux semaines de convalescence évoquées : c'est beaucoup trop, selon certaines voix expertes.

Ainsi Stéphane Bern, le monsieur Royauté hexagonal, a suggéré la chose sur les ondes d'Europe 1, d'un subtil : "Quand il y a un flou, il y a un loup". Avant de développer dans ls pages de Paris Match : "Vous pouvez demander à n'importe quel chirurgien. Si ce n'est pas cancéreux, si ce n'est pas la vésicule biliaire, il n'y a pas quinze jours d'hospitalisation et deux mois de convalescence..."

"Ça paraît démesuré !"

Et l'incompréhension est loin de s'arrêter là.

"Les spéculations vont bon train"

Et l'animateur de poursuivre, chez Match toujours :

"Toute la presse britannique s'interroge...

Lire la suite


À lire aussi

"Des cystites à répétition !" : Elsa Wolinski se lâche sur la ménopause
Teri Hatcher bannie d'une appli de dating... pour une raison improbable !
"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution