Publicité

Pour préserver leur santé intestinale, voici les aliments que ces gastro-entérologues refusent de manger

Désolé pour les amateurs de viande rouge : les gastro-entérologues interrogés ne sont pas des adeptes.
DuKai photographer / Getty Images Désolé pour les amateurs de viande rouge : les gastro-entérologues interrogés ne sont pas des adeptes.

NUTRITION - Nous avons tous nos petits plaisirs : un grand bol de glace au chocolat après une longue journée, un combo Coca-pizza un vendredi soir, ou ce burger avec des frites dans le nouveau restaurant dont tout le monde parle.

Pour réduire votre consommation de sucre, cette nutritionniste a deux méthodes

La plupart des médecins et des nutritionnistes savent que se priver totalement des aliments que l’on aime peut être contre-productif et nous pousser à en manger beaucoup plus que nous ne le devrions. Mais il existe certains aliments que les gastro-entérologues évitent dans 99 % des cas (voire même 100 % d’entre eux).

Si aucun de ces aliments ne vous fera perdre des années de vie si vous en consommez de temps en temps, pour ces gastro-entérologues, mieux vaut ne pas les manger régulièrement.

Note : Cet article est une traduction réalisée par la rédaction du HuffPost France, à partir d’un article paru en 2023 sur le Huffington Post américain. Larticle original à lire ici. Il a été traduit et édité dans un souci de compréhension pour un lectorat francophone.

Les barres protéinées

Avoir « protéine » dans le nom ne suffit pas à rendre ces barres saines. Si certaines, comme celles qui sont fabriquées avec de vrais fruits et des noix, sont meilleures que d’autres, la Dr Harmony Allison, gastro-entérologue au Tufts Medical Center à Boston, affirme qu’elle ne mange jamais celles qui sont ultratransformées. Les barres protéinées industrielles peuvent ainsi provoquer des ballonnements et des gaz. « Je ne mange jamais de barres protéinées. Elles ont tendance à être ultratransformées et contiennent de nombreux additifs dont l’utilité est inconnue, explique la médecin. Vous pouvez obtenir la même quantité de protéines dans une tasse de lait, une portion de beurre de cacahuète, ou des noix. »

Le steak

Désolé pour les amateurs de viande rouge : les gastro-entérologues interrogés ne sont pas des adeptes. « J’évite la viande rouge, en particulier les steaks et les hamburgers, explique la Dr Reezwana Chowdhury, gastro-entérologue à Johns Hopkins à Baltimore. La viande rouge et la viande transformée augmentent le risque de cancer du côlon et de polypes du côlon. Elles sont riches en graisses saturées. Si vous en consommez, la quantité est importante : le risque de cancer du côlon est plus élevé chez les personnes qui en consomment plus de 100 grammes par jour. »

Hot-dogs et charcuterie

Difficile pour certains de refuser un hot-dog, mais la Dr Rabia De Latour, gastro-entérologue et professeure de médecine à la NYU Grossman School of Medicine, se tient à l’écart des viandes de ce type – et malheureusement, la charcuterie compte aussi. « Les viandes rouges et transformées présentent un risque plus élevé de cancer colorectal, explique-t-elle. Des données ont établi un lien entre l’ingestion de viandes rouges et de viandes transformées quatre fois ou plus par semaine et un risque accru de 20 % de cancer du côlon. »

Le poisson ou le poulet frit

Le Filet-O-Fish et les nuggets de poulet sont certes délicieux, mais ils ne favorisent pas la santé de vos intestins.

« Des études ont montré que l’huile de friture pouvait moduler négativement le microbiote intestinal, entraînant une exacerbation de l’athérosclérose (l’accumulation de graisse et d’autres substances sur les parois artérielles) », explique le Dr Mahmoud Ghannoum, chercheur en microbiologie. À long terme, cette accumulation peut avoir des conséquences telles qu’une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Les sodas

Si vous êtes un consommateur régulier de sodas ou de tout autre type de boissons sucrées, il est peut-être temps d’abandonner cette habitude. « Bien qu’elles soient faciles à avaler, ces boissons sont liées à des maladies chroniques, telles que le diabète et les maladies cardiaques, explique le Dr Simon C. Matthews, gastro-entérologue à Johns Hopkins. En outre, elles sont souvent associées au déclenchement de symptômes gastro-intestinaux tels que les ballonnements, les rots et le reflux, en particulier pour ce qui est des boissons gazeuses et caféinées. »

Le pain blanc

Selon la Dr Shilpa Grover, directrice du programme d’onco-gastroentérologie au sein de la division de gastro-entérologie du Brigham and Women’s Hospital à Boston, les céréales raffinées ne sont pas bonnes pour l’intestin.

« Les études qui ont évalué les habitudes alimentaires ont clairement montré qu’une consommation élevée de viande rouge et transformée et de céréales raffinées est associée à un risque accru de diverticulite [des poches inflammatoires dans le tube digestif] », détaille-t-elle.

Mieux vaut donc privilégier le pain complet. Et si vous avez l’impression que couper ces nourritures de votre alimentation est insurmontable, ne vous en faites pas : un peu de charcuterie ou de pain de mie de temps en temps ne détruira pas votre santé intestinale. Il suffit d’y aller doucement.

À voir également sur Le HuffPost  :

Eaux en bouteille contaminées : la députée LFI Clémence Guetté saisit la justice

Shannen Doherty, atteinte d’un cancer du sein, donne des nouvelles rassurantes sur son état de santé