Le président iranien promet une enquête après la mort de Mahsa Amini

© SIPA

Depuis la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs pour avoir mal porté son voile, l’Iran connaît une vague de protestations inédites contre la loi islamique.

Le président iranien Ebrahim Raïssi a promis jeudi que la mort d’une de Mahsa Amini ferait l’objet d’une « enquête ». « Soyez rassurés, une enquête sera certainement ouverte » a-t-il affirmé à des journalistes en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, tout en assurant que le rapport du médecin légiste n’avait pas fait état d’abus de la part de la police, ce que contestent les manifestants.

« Je ne veux pas en tirer trop rapidement de conclusion », tempère-t-il. « Si l’une des parties a commis des torts, cela doit certainement faire l’objet d’une enquête » a-t-il insisté. Il a aussi affirmé avoir « pris contact avec la famille de la défunte » et lui avoir promis « d’enquêter assidûment sur l’incident ».

Manifestations et coupure des réseaux sociaux

Des manifestations, au cours desquelles au moins 17 personnes sont mortes selon le bilan d’un média d’État, ont éclaté en Iran depuis que les autorités ont annoncé le 16 septembre le décès de Mahsa Amini, 22 ans. Le bilan des protestations pourrait être bien plus lourd, selon l’ONG d’opposition Iran Human Rights (IHR), qui fait état d’au moins 31 civils tués par les forces de sécurité.

Les images des manifestations, violemment réprimées par les autorités, ont fait le tour du monde, suscitant un vaste élan de solidarité avec les Iraniennes, qui souffrent des règles strictes imposées par les religieux à la tête du pays.

Pour limiter la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi