Publicité

La pratique du compostage humain désormais autorisée à New York

La mort écologique creuse son trou aux États-Unis. L’Etat de New York vient en effet d’autoriser la pratique du compostage humain. C’est le dernier État américain à le faire, ce qui signifie que cette approche funéraire est désormais légale sur l’ensemble du territoire américain.

A l’heure où les questions écologiques gagnent du terrain dans tous les esprits, le sujet de la mort -enterrement ou crémation, a abouti à une alternative encore méconnue en France : le compostage humain.

Cette méthode d’inhumation, ou devrait-on dire d’humusation, consiste à placer le corps du défunt dans un cercueil en acier contenant des copeaux de bois, de la luzerne et de la paille. Les micro-organismes naturellement présents dans ces végétaux vont ensuite se charger, pendant environ un mois, de transformer le tout en un mètre cube de terreau, lequel pourra être réutiliser pour enrichir les sols. On parle de "réduction organique naturelle" ou de "terramation".

Interdite en France, cette méthode funéraire a été pour la première fois autorisée en 2019 dans l'État de Washington. D’autres États se sont rapidement alignés.

Si l’idée de se décomposer progressivement peut rebuter, elle pourrait toutefois permettre d’économiser plus d’une tonne de carbone par rapport à la crémation ou à l’inhumation traditionnelle, selon les dires de Recompose, l’entreprise phare du domaine. Avec in fine un compost très fertile, pour cultiver de belles fleurs, de...

Lire la suite