La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern crée la surprise en annonçant sa démission

© Hans Weston/AP/SIPA

Après cinq ans et demi au pouvoir, la première ministre Jacinda Ardern a créé la surprise en annonçant sa démission. Globalement appréciée dans son pays, notamment pour sa gestion de la pandémie, elle a expliqué n’avoir « plus assez d’énergie » pour poursuivre son mandat.

La première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a annoncé ce jeudi 19 janvier sa démission, prenant son pays par surprise en assurant n'avoir « plus assez d'énergie » pour continuer à gouverner après cinq ans et demi au pouvoir et à neuf mois des élections législatives.

« Je suis humaine. Nous donnons autant que nous le pouvons et aussi longtemps que nous le pouvons, et puis c'est le moment. Et pour moi, ce moment est arrivé », a dit Jacinda Ardern lors d'une réunion de son Parti travailliste.

« Je n'ai tout simplement plus assez d'énergie pour quatre ans supplémentaires », a-t-elle ajouté, précisant qu'elle quitterait ses fonctions le 7 février.

« Jacindamania »

Jacinda Ardern, 42 ans, était devenue première ministre dans un gouvernement de coalition en 2017, avant de conduire le Parti travailliste de centre-gauche vers une victoire écrasante lors de l'élection suivante, trois ans plus tard.

Durant son mandat, elle a été confrontée à la pandémie de Covid-19, à une éruption volcanique meurtrière et au pire attentat jamais perpétré dans le pays, le meurtre de 51 fidèles musulmans dans une mosquée de Christchurch par un suprémaciste blanc en 2019.

Très populaire à l'étranger, où elle a fait la couverture des magazines « Vogue » et « Time », elle a longtemps bénéficié d'un taux d'approbation record en Nouvelle-Zélande également, où les médias ont parfois même parlé de « Jacindamania ». Mais elle a récemment vu...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi