“Un procès pour Léa” : mise en cause pour le meurtre de sa fille, âgée de 9 ans, une femme est remise en liberté

IStock

La petite Léa, 9 ans, a trouvé la mort en juin 2020. Rouée de coups, elle décède de ses blessures au sein du domicile familial à Rive-de-Gier, dans le département de la Loire. La mère, présumée coupable du meurtre, avait été placée en détention préventive pour meurtre et violences sur son enfant, en attendant le procès. Pourtant, après 30 mois de détention, elle a été libérée, indique Le Parisien, le vendredi 6 janvier 2023. En effet, le délai légal de la détention de la mère de Léa avait atteint son terme, le vendredi 30 décembre 2022. Cette remise en liberté a provoqué un vif émoi au cœur de la famille de la petite fille, qui a manifesté devant le palais de justice de Saint-Étienne, jeudi 5 janvier 2023. Ils se sont rassemblés pour demander une date de procès, qui n'arrive toujours pas, deux ans après le drame. Cette colère contre une justice lente est partagée par les proches des "disparus de Mirepoix", qui attendent aussi une date de procès.

Sur les marches du palais de justice, les proches laissent parler leur colère. La marraine de Léa, Amandine Bailly, criait, selon Le Parisien, : "Aujourd’hui, cette femme est libre. Quand on tue une enfant, on doit rester en prison. Nous demandons une date de procès rapide pour que l’on puisse la remettre à sa place." Tous espèrent obtenir une date dans les prochains mois. Par-dessus tout, la famille s'inquiète de devoir croiser la mère dans la rue. Ils ne savent pas où elle est, mais la sœur de la mise en cause indique que cette dernière (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite