Procès Valérie Bacot, jour 3, la belle-sœur : « Mon plus grand regret est de ne pas l’avoir tué »

·2 min de lecture

Troisième journée d’audience bouleversante devant la cour d’assise de Châlons-sur-Saône marqué par le récit terrifiant de Monique, petite sœur de Daniel Polette, victime de viols et les coups répétés de son frère aîné quand elle était enfant. Ainsi que par la déposition de la mère de l’accusée à la personnalité ambivalente.

Monique Polette est la dernière appelée à la barre, en ce troisième jour d’audience. Et la cour sait que la déposition sera éprouvante. Elle a donc installé juste à côté d’elle sa petite sœur, Mireille, qui vient juste d’achever sa déposition. « Elle a fait déjà deux malaises ce matin », a averti cette dernière.

Lire aussi >> Procès jour 2, le fils de Valérie Bacot : « Elle nous a dit ce qui s’est passé et on lui a fait un gros câlin » 

Monique Polette, 59 ans, s’avance alors dans la salle d’audience dont les murs résonnent encore de la hargne et de la colère de Mireille qui a longuement déversé sa haine et son dégoût à l’égard de ce grand frère qu’elle ne nomme plus autrement que « l’autre ».

« J’ai été violée à l’âge de 12 ans, à 13 ans, j’ai avalé des cachets »

Monique est invitée à s’assoir pour faciliter sa prise de parole. Elle plonge alors dans son fracas intérieur comme une apnéiste en manque de souffle : « J’ai été violée à l’âge de 12 ans par mon frère. Un jour, il m’a demandé de monter dans la chambre, m’a fait m’assoir puis m’allonger sur le lit et mis un couteau sur la gorge en me disant : Écoute-moi, ce qui va se passer entre nous, tu n’en parleras pas, sinon c’est une balle pour la maman et une balle pour toi. Ça a continué comme ça toutes les semaines. C’était de plus en plus violent. Il me trainait par les cheveux. Il me disait attention, tu sais ce qui va...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles