"Purge", "glaviot", "scato" : le nouveau Roman Polanski ne sort que dans 1 salle à Paris

"Purge", "glaviot", "scato" : le nouveau Roman Polanski ne sort que dans 1 salle à Paris - Bestimage
"Purge", "glaviot", "scato" : le nouveau Roman Polanski ne sort que dans 1 salle à Paris - Bestimage

Malgré son casting de stars (Fanny Ardant, Mickey Rourke, John Cleese) le nouveau film de Roman Polanski semble déjà, à l'aube de sa sortie en salles, subir un énorme flop.

C'est une information pour le moins marquante relayée par notre consoeur Brigitte Baronnet, journaliste à Allociné : le nouveau film de Roman Polanski, jadis maître des César, n'aura droit durant son exploitation qu'à une seule salle dans tout Paris. Et, en tout, à seulement 82 salles dans toute la France.

Et si cela présageait d'un considérable flop à venir ? Flop public en tout cas, puisque du côté de la critique, ce n'est pas un présage, mais une réalité. Ce film, répondant au nom de The Palace, n'est pas particulièrement bien reçu par la presse cinéma hexagonale. Malgré son casting de stars (Fanny Ardant, Mickey Rourke, John Cleese) il fait l'objet de qualificatifs virulents, aussi bien dans les pages du Parisien que dans celles de 20 minutes et de Première... Attisant une forme d'unanimité dans le jeu de massacre.

Une première dans la carrière du cinéaste ?

"Même en séparant l'homme de l'artiste..."

Faut-il aller voir The Palace ? Par-delà l'évocation de "l'affaire Polanski" - rappelons que le cinéaste fait l'objet d'accusations de la part de onze femmes, qu'il est poursuivi depuis 1977 aux Etats-Unis pour le viol de Samantha Gailey, qui n'avait que 13 ans au moment des faits, et qu'il a déjà été condamné par la justice en 1978 pour "relations sexuelles illégales" - la réponse de la presse culturelle française ne s'alourdit pas d'ambiguïté : non.

"The Palace est un Polanski aussi navrant...

Lire la suite


À lire aussi

Un footballeur américain fait polémique avec des propos misogynes et anti-LGBT+
Francis Ford Coppola de retour à Cannes avec son testament "Megalopolis"
LGBTphobie: forte hausse des cas en 2023, climat très "préoccupant" selon les associations