Qu’est-ce que le « door ajar », la pratique qui consiste à laisser des inconnus entrer chez soi pour des rapports sexuels ?

© Getty Images / Beatriz Vera / EyeEm

Le « door ajar », littéralement « porte entrouverte » en anglais, consiste à laisser sa porte déverrouillée et à inviter des inconnu·es pour avoir des rapports sexuels anonymes.

La pratique sexuelle anonyme surnommée « door ajar » est de plus en plus populaire sur les applications de rencontre, en particulier celles qui facilitent les rencontres entre hommes. Les personnes adeptes du « door ajar » communiquent leur adresse à des inconnu·es rencontré·s sur des applications de rencontres, laissent leur porte ouverte et les attendent penché·s sur leur lit, les yeux bandés.

Lire aussi >> Queening, edging, kink... Notre lexique du nouveau vocabulaire de la sexualité

Sexe anonyme et coup d’un soir, quelle différence ?

Le « door ajar » est un type de rencontres anonymes qui implique presque toujours que l’un·e des partenaires sexuel n’ait pas connaissance de l’identité de l’autre ou ne le/la voit pas. Pour certain·es en effet, avoir les yeux bandés ajoute de l’excitation à l’expérience : les autres sens se retrouvent exacerbés. Pour d’autres, c’est surtout l'attente de la personne qui entre soudainement dans votre intimité et vous trouve « à découvert » et vulnérable, qui est exaltant.

Si l’expérience peut être alléchante, les risques ne sont pas nuls. Les adeptes de la pratique expliquent qu’iels suivent un processus de filtrage pour déterminer si la personne est « saine d'esprit » et que le fait de laisser la porte ouverte n'ajoute aucun risque par rapport à des rencontres sexuelles plus classiques. Cependant, Ian Howley, PDG de l’association LGBT HERO, met en garde les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles