Qu’est-ce que la tendance mode “Heroin chic” et en quoi son retour est dangereux ?

Steve Eichner / Contributeur

Plateformes, strass, mom jeans, colliers ras-de-cou et autres vestes en cuir… Les années 1990 avaient définitivement du bon sur le plan mode. Et si certains se réjouissent avec nostalgie du retour des tendances de leur jeunesse, d’autres, au contraire, craignent le retour d’une autre mode qui semblait être tombée aux oubliettes : “l’heroin chic” (héroïne chic en français). Si le nom ne vous dit rien, sa description devrait vous ramener quelques années en arrière.

Il s’agissait d’une tendance des années 1990 durant lesquelles étaient glorifiées les mannequins au teint très pâle, aux cheveux fins et lisses et au corps (très) fin. Des critères physiques souvent associés à la consommation de drogues, d’où son nom. C’est un article du 2 novembre publié par le New York Post qui a mis le feu aux poudres en titrant : “Bye-bye booty : Heroin chic is back”. Une référence aux standards de beauté de ces dernières années mettant davantage en avant les fesses plus charnues qui seraient désormais sur le déclin, selon le média.

Alors que l’on aurait pu se croire plutôt bien engagé·es sur le terrain du body positivisme et vers la fin du culte de la minceur, voire de la maigreur, prônée dans les années 1990, puis dans les années 2000, il semblerait qu’il faille encore clarifier certains points. "Nous avons essayé cette tendance dans les années 1990 et des millions de personnes ont développé des troubles du comportement alimentaire, a réagi l’actrice Jameela Jamil sur son compte Instagram. Ne revenons (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment pratiquer la “cohérence cardiaque”, cette technique de respiration qui chasse rapidement le stress ?
Fini le pipi ! Le premier test salivaire de grossesse est en passe d'être commercialisé
Le taux de fécondité mondial est en baisse et c’est à cause de la (mauvaise) qualité du sperme
Qu’est-ce que l’égoïsme sain et pourquoi le pratiquer pourrait vous aider à vous sentir mieux ?
La "panne de cerveau" ou "frazzlebrain" : quand un trop-plein d'émotions négatives nous fait disjoncter