Quelles précautions prendre avec l’Imodium (Lopéramide) ?

© iStock

L’imodium est destiné à ralentir le transit et à réduire les sécrétions intestinales, mais sans impact sur les fonctions normales de l'intestin. Sa substance active est le chlorhydrate de lopéramide (on trouve d’ailleurs l’imodium en version générique sous l'appellation "Lopéramide"). L’imodium est disponible sous forme de lyophilisats oraux, de capsules molles, de gélules ou de suspension buvable.

L’imodium est disponible sans ordonnance en pharmacie mais il peut être prescrit par le médecin et sera alors remboursé à hauteur de 30 % par la Sécurité Sociale. Pour autant, il existe certaines contre-indications et la vigilance s’impose dans certaines situations. Des interactions médicamenteuses sont par exemple possibles avec d’autres traitements (comme de la quinidine, le ritonavir, l'itraconazole, le kétoconazole…). Une attention particulière est nécessaire chez les personnes présentant une insuffisance hépatique ou étant infectées par le VIH, en raison du risque plus élevé de complications.

Enfin, la prise d’imodium est totalement contre-indiquée en cas d’allergie à la lopéramide, de présence de sang dans les selles, de forte fièvre, en cas de poussées aiguës de rectocolite hémorragique, d’une inflammation de l’intestin avec diarrhée et douleurs suite à la prise d’antibiotiques, mais aussi en cas d’inflammation de l’intestin due à une bactérie invasive.

Il est très important de respecter la posologie en cas de diarrhée aiguë : deux gélules lors de la première prise, puis une gélule (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite