Publicité

Qu'est-ce que les organoïdes, ces organes miniatures utiles à la recherche et à la médecine ?

Depuis une dizaine d’années, les biologistes fabriquent in vitro des avatars miniatures de nos organes, qu’on appelle des "organoïdes" ("qui a la forme de…"). Ersatz simplifiés de cœur, de rein ou de muscle, ces micro-reproductions sont capables de mimer en partie la structure et les fonctionnalités des cellules qui composent l’organe. Une proximité avec l’original qui en fait des outils précieux pour la recherche fondamentale et la médecine. Les laboratoires spécialisés dans la culture cellulaire sont tous devenus des pépinières d’organoïdes, stimulés par les nombreuses applications en vue.

"Tout commence en 2006, quand le Japonais Shinya Yamanaka réussit à dédifférencier des cellules humaines pour les reprogrammer en cellules souches pluripotentes induites (IPS), c’est-à-dire aptes à se spécialiser en n’importe quel type cellulaire, raconte Jean-Luc Galzi, directeur de recherche au CNRS et expert en technologies de la santé auprès de l’Institut thématique multi-organismes de santé publique (ITMO). On peut ainsi obtenir des organoïdes du cerveau en reprogrammant des cellules prélevées dans la peau." Cette performance, couronnée du prix Nobel de médecine 2012, a mis un terme aux polémiques liées à l’utilisation de cellules souches d’embryons.

Pour engendrer un organoïde, la recette consiste à plonger des cellules souches reprogrammées dans une matrice dite extracellulaire qui leur permet de croître (modérément) en 3D. "Les organoïdes s’apparentent à de minuscules perles de quelques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite