Publicité

"Elle me quitte, je la tue" : Pierre Arditi accusé de rire des féminicides

Info - Pierre Arditi à nouveau victime d'un malaise sur la scène du théâtre Edouard VII - Info du 27 septembre -  © Marc Ausset-Lacroix/Bestimage - BestImage
Info - Pierre Arditi à nouveau victime d'un malaise sur la scène du théâtre Edouard VII - Info du 27 septembre - © Marc Ausset-Lacroix/Bestimage - BestImage

"Si elle me quitte ? Je la tue !". Voilà une "blague" (notez les guillemets) qui n'est pas passée. On la doit à Pierre Arditi, sur le plateau de "Quelle époque"...

"Si elle me quitte ? Je la tue !".

On a déjà connu réplique moins malvenue que celle de Pierre Arditi, sur le plateau de "Quelle époque". Ce 3 février, l'acteur qui brûle actuellement les planches s'est retrouvé à répondre ainsi à une question de Léa Salamé. Sur le ton de la vanne naturellement. "Humour" d'une infinie délicatesse alors qu'au moins dix femmes auraient été tuées sous les coups de leurs compagnons depuis le début de l'année 2024.

En outre, cela fait 20 ans que le féminicide de Marie Trintignant par son ex compagnon Bertrand Cantat a bousculé la société française. Plus encore que cette répartie du compagnon de l'actrice Évelyne Bouix, ce qui a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, ce sont... Les rires de l'assistance.

"Je prends la carabine..."

Pierre Arditi aurait-il contribué à une banalisation des féminicides ? "Personnellement les femmes assassinées, cela n'a pas tendance à me détendre.", "Le pire c'est que tous le plateau est hilare.", "Et tout le monde rigole personne ne dit rien. Une honte", "La gerbe en entendant les rires", "Léa Salamé vous êtes une journaliste ? non ? pourquoi n'avoir pas remis le contexte sur ce sujet grave ?", ont ainsi réagi des spectateurs sur Twitter.

Et le magazine féministe Causette de commenter à l'unisson : "Les rires sur le plateau de Quelle époque !, samedi soir, après les propos tenus par Pierre Arditi montrent, hélas, qu'un homme qui tuerait sa femme...

Lire la suite


À lire aussi

Merci pour les travaux : Valérie Damidot tacle les harceleurs grossophobes
Sensible, poétique, féministe : ce roman graphique est une merveille de douceur
Victime de violences sexuelles, Jeanne Mas veut qu'on "éduque les hommes"