Publicité

Réveil ou grasse matinée : quel rythme de sommeil est-il conseillé d’adopter en début de retraite ?

Vous êtes plutôt du matin ou du soir ? Petit ou gros dormeur ? Le sommeil est extrêmement variable d’un individu à l’autre. Certains ont besoin de dormir neuf heures quand d’autres s’accommodent très bien de six ! "La durée de sommeil dont on a besoin est celle avec laquelle on fonctionne bien le lendemain, précise d'emblée le Dr Sylvie Royant Parola, présidente d’honneur du Réseau Morphée. À vous de trouver la vôtre !".

Nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir. Le sommeil est indispensable à la récupération de nos forces physiques et psychiques. Il est associé à la sécrétion de certaines hormones comme l’hormone de croissance - sécrétée pendant le sommeil profond - joue un rôle dans le bon fonctionnement du système immunitaire, et participe activement aux processus de mémorisation, de traitement de l’information ainsi qu’à l’apprentissage de tâches nouvelles, etc. "Dormir protège contre l’accumulation de stress et permet la reconstitution d’un capital énergie, confirme le réseau Morphée. Le sommeil profond contribue à l’élimination des toxines et autres déchets du cerveau, des systèmes respiratoires, cardiovasculaires et glandulaires. On a pu montrer qu’au cours du sommeil profond les zones cérébrales sont le lieu d’un véritable lavage neuronal qui élimine les substances amyloïdes et les protéines, toutes deux impliquées dans les maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer."

Le sommeil obéit à une petite mécanique bien huilée. "Nous nous endormons chaque soir à peu (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite