Publicité

Racisme intériorisé, manque de représentation dans les médias ... Des journalistes s’engagent en créant une association

Les médias français souffrent encore et toujours d’un manque de représentation des minorités ethniques. Depuis quelques années, des enquêtes font état d’une forme de racisme intériorisé dans les rédactions. Face à ce problème abyssal, 160 journalistes s’engagent.

Les rédactions françaises restent en trop grande majorité blanches. Peu importe leur ligne éditoriale, les médias peinent à nommer des personnes racisées à des postes à haute responsabilité. Le journalisme serait-il un métier de privilégiés ? Des journalistes de presse écrite, web, radio, télévisions et photographes personnellement concernés par la question ont décidé de s’attaquer au racisme intériorisé dans les médias en créant l’Association des journalistes antiracistes et racisés.

>> Lire aussi : « Racisme ordinaire: les personnes originaires d’Asie particulièrement touchées »

De par leurs couleurs de peau, leur origine ethnique, leur parcours personnel, leur religion, les 160 signataires sont directement concernés par la problématique du racisme banalisé dans les médias français. Parmi les grands noms qui figurent sous la tribune publiée dans le journal « Libération » notamment, la journaliste et militante Rokhaya Diallo, le présentateur Sébastien Folin ou encore l’écrivaine d’origine sino-cambodgienne Grace Ly.

Les têtes pensantes de ce projet se sont inspirés d’associations de journalistes déjà existantes, engagées contre d’autres formes de discriminations, comme l’Association des journalistes LGBTI (AJLGBTI) et Prenons la une, le collectif de femmes journalistes. Selon une enquête du SNJ-CGT sur le racisme dans les médias, près d’un journaliste sur deux interrogé pour les besoins de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi